Sebh, c’est fou

07/02/12 par  |  publié dans : Auteurs, BDs&Mangas, Livres | Tags :

Amateur d’art un brin dégénéré, celui qui s’expose sur les murs de vos villes, que l’on colle dans les toilettes des bars branchés (ou pas), qui s’affiche à la bombe, clandestinement, celui qui vandalise les supports – qu’ils soient de papier ou de bitume, qui fait couler l’encre hors des institutions et des business des galeries d’art…

…on a été fichtrement intrigué par ces figures enfantines destroy et le feu d’artifice de Sebh. Couleurs flashy, le boum du traçage hétéroclite distordu, l’aspect rock’n drôle des petits perso croqués dans des détails bordéliques… Sebh, c’est bien.

Le blog de Sebh

La vie des gens qui donnent leur avis

Sebh, pourrais-tu nous présenter ton parcours ?

Sebh : quand j’étais petit, un jour où je m’ennuyais, ma mère m’a dit : t’as qu’à dessiner. Alors j’ai dessiné et depuis je n’ai plus arrêté. Plus tard quand les « Garbage pails kids » ont débarqué en France, mes parents m’ont interdit d’en acheter à cause d’Anne Sainclair, qui avait dit dans 7/7 que c’était dangereux car les enfants essayaient de refaire ce qu’ils voyaient sur les images. Du coup, pour sustenter mon envie, j’ai dû me dessiner mes propres Garbage Pail Kids. Après, je suis arrivé au collège et un mec de ma classe – qui faisait 1m90 et 100 kg – à qui j’avais montré mes dessins m’a dit : “tu devrais faire de la bande dessinée”. Comme on ne refuse rien à un élève de 3ème qui pèse 100 Kg, j’ai fait de la bande dessinée. Ensuite au lycée je me suis dit : “merde si ce que j’apprends à l’école ne me donne pas un boulot que j’aime comment je vais faire ?“. Alors j’ai fait un petit fanzine, “Propagande”, avec des potes en éspérant pouvoir en vivre… héhéhéhé. Après j’ai quitté les forêts de l’est de la France pour rejoindre les bistros du nord, où j’ai rencontré pleins d’autres dessinateurs, qui sont devenus des amis, et c’est avec eux que j’ai commencé mes premières expos, mes premiers graphzines et d’autres choses…

Tu exposes tes œuvres, sérigraphies, tu griffonnes des bouquins… parle nous de tes divers marottes, en quoi consistent-elles ?

Nous pouvons diviser mes marottes en deux grandes familles. La première : le dessin pur et dur, automatique, celui qui remplit les pages et qui se jette directement de ta tête sur la feuille (ou tout autre support) pour faire la fête dans un déluge d’accumulations. J’aime bien quand il y en a partout et qu’il n’y a aucune règle, les petits détails qui fourmillent et les créatures hallucinantes et déjantées, à qui t’as envie de dire “on s’est pas déjà vu dans un délire post orgasmique ?”. Ca, c’est plus ce que tu peux retrouver dans les différents graphzine au sein desquels j’ai œuvré (Get freaky, Vis Comica, Darling, Graisse animale, George, les graphzines du Cagibi, Capharnaüm, Dunce mag…) ou sur mon flickr. La deuxième : l’humour débile et crétin, comme sur le portail “Lapin” où sur le Dirty 21.

Lapin ?!

Lapin c’est un portail de bande dessinée, mais aussi un éditeur qui a déjà plusieurs dizaines de titres à son actif, et dont le fond de commerce est l’humour absurde.

C’est quoi “La vie des gens qui donnent leur avis”?

C’est mon dernier livre, paru aux éditions Lapin : www.lapin.org. C’est un recueil de personnes dont on ne voit généralement que le haut du corps, et qui au début de la série donnaient leur avis sur quelque chose… mais aujourd’hui je dois bien avouer que j’ai un peu dévié.

D’ou viens ce trait qui sort de tes stylos, feutres ? Qu’est-ce qui inspire la naissance de cette faune hétéroclite visuelle foisonnante ?

Ce qui m’inspire ce sont : les petites étiquettes sur les fruits bios, le mec sur l’aile de l’avion dans Cauchemar à 20 000 pieds, la phase juste après le réveil, la phase juste avant le sommeil, toutes les images qu’on ingurgite tout le temps et partout depuis qu’on est gamin, que ce soit les dessins animés, les pubs, les clips, les films au cinoche, les bouquins (surtout les bouquins !) qui au final se mélangent dans ma tête pour ressortir dans tous les sens après un petit traitement personnel !

J’ai remarqué que la frite avait une place importante dans ta vie, pourquoi donc ? Tu fais partie de ces fétichistes de la pomme de terre ?

Non c’est juste que dans le descriptif de mon site j’ai écrit le premier truc qui me venait par la tête et que c’était à propos des frites…

Écoutes-tu de douces mélopées quand tu turbines du crayon ? Ton dernier coup de cœur musical ?

Alors là je devrais donner plein de groupe super inconnus ça serait la classe, mais je vais plutôt donner mon top 5 du moment : Queens of the stone age, Puppet Mastaz, Déportivo, Beastie boys et Svinkels.

Peux-tu nous dire quels sont tes projets à venir et qu’attend-tu, à part la fin du monde et les fucking présidentielles, de l’année 2012 ?

– Terminer la nouvelle version de « Punk à chien mon ami, illustré pour les petits enfants et les enculés de bourgeois »
– Terminer un bouquin de dessins sur lequel je bosse depuis le 10 novembre 2007 et trouver un éditeur
– Faire des dessins d’accumulations encore plus grands sur des plus grands supports
– Commencer à travailler en relief
– Redessiner Sebh s’exprime et trouver un éditeur
– Sortir le tome 2 de l’avis des gens qui donnent leur avis
– Continuer à bosser sur mon blog secret
– Me faire faire un vrai site internet

Et tout ça dans le but clairement avouer de pouvoir vivre en faisant ce que j’aime avec ma famille dans un endroit chaud avec la mer, la montagne, la campagne, des gens sympas et un bon magasin de bouquins pas loin.

Un truc à rajouter ?

Ce week end, j’ai mangé de la purée de butternut. Le butternut c’est une courge qui est facile à éplucher, avec peu de pépins, qui est super bonne et qui a la forme d’une callebasse. Alors voilà, comme pour l’instant 100% des gens à qui j’ai essayé d’en parler m’ont dit qu’ils n’en avaient rien à faire, je me permets de la placer ici !

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire