Une petite merveille nommée Wonder

02/04/13 par  |  publié dans : Livres, Romans | Tags : , ,

wonder

August Pullman n’est pas un garçon comme les autres. Il met les pieds pour la première fois à l’école lors de sa rentrée en 6ème. Et pour Auggie, ce n’est pas anodin car il sait que tout les yeux seront fixés uniquement sur lui…

Auggie est né avec une malformation faciale qui pourrait faire passer John Merrick (Elephant Man) ou Quasimodo pour des êtres “normaux”. Protégé par sa famille, il a fait preuve d’un courage inouï en subissant bon nombre d’opérations pour tenter de lui donner un visage un peu moins monstrueux. Dans ce premier roman, R.J. Palacio décide de mettre en avant le thème de la différence entre les êtres et du regard que chacun porte sur celle-ci. Écrit comme un journal intime où les voix des divers personnages se succèdent, Wonder absorbe le lecteur immédiatement. Comment vivre quand la loterie génétique a décidé de nous jouer un mauvais tour ? Comment se conduire avec quelqu’un qui est différent ? Comment accepter le regard des autres ? Toutes ces questions (et bien plus encore) trouvent des réponses dans ces pages. Mettant en avant d’autres thématiques comme l’adolescence, l’amitié, le respect, l’ouverture d’esprit, Wonder est un roman que tous les jeunes enfants devraient avoir dans leur bibliothèque.

51VPkdxeiFL._SL500_AA300_ L’habilité de l’auteur est de ne jamais se montrer protectrice avec son héros. Elle ne lui épargne ni la violence des actes, ni celle des mots dont les gens sont capables les un envers les autres. Ce qui fait d’Auggie un personnage fort et incroyablement touchant et drôle. Au fil de la lecture, les émotions du lecteur sont en ébullition : rires, cœur serré, gorge noué, larmes au bord des yeux, révolte… impossible d’y échapper. Il est assez rare de voir un sujet aussi grave traité de manière aussi intelligente et légère. Qui n’a pas dévisagé quelqu’un sous prétexte qu’il n’entrait pas dans les canons de beauté auxquels la société nous a habitué ? Au final, la laideur est là, dans le regard de celui qui dévisage et non sur le visage de l’autre. C’est l’un des messages que Wonder parvient à faire passer subtilement, sans taper sur les doigts de qui que ce soit. Si la fin du récit se veut très “américaine”, impossible d’en vouloir à l’auteur tant le reste est sans fioritures et leçon de morale.

Au-delà d’être une petite merveille de la littérature jeunesse, Wonder est avant tout un grand bonheur que l’on a envie de partager avec tout son entourage.

Wonder de R.J. Palacio
Ed. Pocket Jeunesse – 03/01/2013

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

3 commentaires

Laisser un commentaire