30 ans de Victoires de la Musique

14/02/15 par  |  publié dans : Médias, TV | Tags : , , ,

Victores-de-la-Musique coupé

 

L’an dernier, notre billet sur les Victoires de la Musique 2014 commençait ainsi : “les Victoires de la Musique, sur Envrak, on s’en fout un peu”. C’était déjà le même sentiment les années précédentes, alors pourquoi diable en changer cette année ? On s’obstine une année de plus et finalement on décide d’y jeter un oeil avec la curiosité de ce 30e anniversaire, qui serait le prétexte idéal pour surmonter cet ennui récurrent face à cette remise de prix sans goût ni surprise.

Sur France 2, Virginie Guilhaume enchaîne les directives stressantes à l’attention des lauréats “on n’a pas vraiment le temps”, “dépêchez-vous”, tout comme les bafouilles à chacune de ses interventions. Serait-ce une cérémonie trop grande à gérer pour la présentatrice ? La liste des nommés est déjà peu ragoutante selon les catégories, alors avec une présentation si peu plaisante, on décroche très vite.

 

Le palmarès 2015

* Artiste masculin : Julien Doré (nommés : Julien Doré, Calogero, Johnny Hallyday)

Ouf ! On a frôlé la crise. Pas de meilleur choix possible étant donné la liste des nommés. Sa Victoire rattrapera son manque de nominations de l’an passé (une seule catégorie, non remportée).

* Artiste féminine : Christine & The Queens (nommées : Christine & The Queens, Brigitte, The Do – Olivia Merilahti)

Choix logique et sans surprise vu l’emballement médiatique autour de son interprète Héloïse Letissier depuis des mois. Comme l’an dernier, on se demande bien pourquoi l’organisation désolidarise une chanteuse de son groupe (The Do) pour pouvoir coller à la catégorie. N’y a-t-il pas assez de chanteuses françaises pour remplir les cases des trois nommées ? Enfin pourquoi pas… On aime bien Olivia donc on ne bronchera pas très longtemps. Quant à Brigitte, la prestation live en direct nous fait crier “arrêtez le massacre” : entre faussetés du chant et présence scénique d’une moule, le duo réussi le pari de nous faire mal à la fois aux yeux et aux oreilles. Le vent de fraîcheur des débuts n’est plus là et le groupe peine à se renouveler.

* Album révélation : Indila, “Mini World” (nommés : Indila “Mini World”, Vianney “Idées Blanches”, Frànçois & The Atlas Mountains “Piano Ombre”)

Quoi ? On ne comprend pas. Et Frànçois & The Atlas Mountains dans l’histoire alors ? Grosse déception de la soirée. Surtout après le beau moment live du groupe sur la scène du Zenith, devant les caméras avec le titre “La fille aux cheveux de soie”. 

* Révélation scène : Benjamin Clementine (nommés : Benjamin Clementine, ALB, Féloche)

Belle récompense pour Benjamin Clementine, arrivé en France en 2012 pour vivre de sa musique ailleurs qu’à Londres, où il a grandi. Choix étonnant de sa part quand on connaît la difficulté des artistes français à percer dans l’hexagone, comparé au marché anglais de la musique, bien plus décomplexé. Sa présence aux Transmusicales de Rennes et au Printemps de Bourges l’a révélé au public – le titre de la Révélation scène est donc évident. On saluera aussi son discours de remerciement, sûrement le plus inspiré de la soirée. Clementine y évoque la liberté d’expression en France, la richesse de la culture et des arts de notre pays. Merci !

Album de chansons : Alain Souchon & Laurent Voulzy, album éponyme (nommés : Alain Souchon & Laurent Voulzy – album éponyme, Christine & The Queens “Chaleur Humaine”, Calogero “Les Feux d’Artifice”)

Sans trop d’avis sur la question, on esquisse quand même un sourire à l’annonce du duo gagnant. Les deux complices résument parfaitement leur présence : à l’inverse des groupes qui se forment tôt pour se séparer 20 ans plus tard, ils ont fait le choix ensemble de se lier pour ce nouveau projet après des décennies d’amitié. On est aussi ravi de voir consacrer des artistes d’une génération ancrée dans l’histoire de la chanson française, capables de proposer un projet atypique malgré leurs succès respectifs.

Album  rock : The Do, “Shake, Shook, Shaken” (nommés : The Do “Shake, Shook, Shaken”, Skip The Use “Little Armageddon”, Shakaponk “The White Pixel Ape”)

Bien heureusement ! Cet album sans faute a marqué notre année 2014, ce qui est loin d’être le cas des deux autres nommés. 

Album de musiques urbaines : Akhenaton, “Je suis en vie” (nommés : Akhenaton “Je suis en vie”, Soprano “Cosmopolitanie”, Black M “Les yeux plus gros que le monde”)

Excellent choix. Face à Soprano et Black M, Akhenaton était certes dans la même catégorie mais pas du tout du même calibre. On saluera à l’occasion la remise d’un trophée spécial “30 ans” au groupe I-Am, auteur d’une belle interprétation du fameux “Petit Frère” et d’un discours de Shurik’n sur les Victoires, légèrement différent de celui qu’il tenait lors de notre interview en juillet 2013.

Album de musiques du monde : Rivière Noire, album éponyme (nommés : Rivière Noire – album éponyme, Asa “Bed of Stone”, Tiken Jah Fakoly “Dernier Appel”)

On garde une tendresse particulière pour Asa depuis sa révélation en 2007 avec “Fire on the mountain”. On aime toutefois la Victoire de Rivière Noire, plus jeune groupe parmi les trois nommés (création en 2012) malgré les belles carrières de chacun des membres de ce trio. De quoi donner de l’espoir aux jeunes artistes qui rêvent de se confronter à des groupes déjà confirmés. 

Album de musiques électroniques ou dance : Cascadeur, “Ghost Surfer” (nommés : Cascadeur “Ghost Surfer”, Yelle “Complètement Fou”, David Guetta “Listen”)

Soulagement. Et là une question se pose : comment mettre Cascadeur dans la même catégorie que David Guetta ? Mystère sur la constitution des catégories et la répartition des nommés…

Chanson originale : Calogero, “Un jour au mauvais endroit” (nommées : Calogero “Un jour au mauvais endroit”, Alain Souchon & Laurent Voulzy “Derrière les Mots”, Christine & The Queens “Saint Claude”, Black M “Sur ma Route”)

Non et non. On aurait apprécié ce prix dans la catégorie “chanson soupe” mais malheureusement elle n’existe pas. Aussi, on avait prédit gagnant “Saint Claude”, de Christine & The Queens mais on aura eu tort. On ne comprend pas non plus la légitimité de la dénomination “chanson originale” : peut-on nous expliquer sur quels critères les titres sont sélectionnés ? Parce que question originalité, on se demande si le jury était complètement à l’ouest en choisissant “Sur ma Route”, de Black M.

Spectacle musical / tournée / concert : Stromae, “Racine Carrée Tour” (nommés : Stromae “Racine Carrée Tour”, Jean-Louis Aubert “Aubert chante Houellebecq”, Christine & The Queens “La Gaieté Lyrique, la Cigale et en Tournée”)

Sûrement la seule catégorie à vrai suspense, les trois nommés étant tous aussi méritants les uns que les autres. 

Vidéo clip : Christine & The Queens, “Saint Claude” (nommés : Christine & The Queens “Saint Claude”, Indila “Dernière Danse”, The Do “Despair, Hangover & Ecstasy”)

On aurait préféré le clip de The Do avec “Despair, Hangover & Ecstasy” pour pimenter les résultats mais cette Victoire semble juste.

 

On retiendra de cette 30e cérémonie quelques victoires qui auront eu le mérite de relever tant bien que mal le niveau général des nominations. Malgré tout, la présentation ratée et certains moments live nous auront fait souffrir devant notre écran (passage de Brigitte ; Rachid Taha et Christine Ringer visiblement saouls). Persistera-t-on encore à suivre la remise des prix l’an prochain ?

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire