AGENTS OF MAYHEM

15/08/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Présenté par ses développeurs comme un Spin Off de « Saints Row », « Agents of Mayhem » n’en demeure pas moins une nouvelle franchise. Une petite bouffée d’air à la direction artistique rétro, orientée dessins animés ricain des années 1980 / 1990. En somme un soft taillé pour un TPS / Beat’em all arcade à la copieuse durée de vie.

L’action prend place à Séoul, sous la forme d’un monde ouvert. Histoire principale, recherche de cristaux… sur ce point le jeu ne renouvelle pas la formule. L’originalité vient des épisodes consacrés aux fameux agents, dirigés de main de maître par la belle Perséphone. Idée judicieuse qui permet de se familiariser avec ces douze mercenaires avant d’approfondir le background. A vous de constituer le trio complémentaire qui partira à l’offensive. Un choix crucial vu la personnalisation très poussée de Hollywood, Sheherazade et leurs compères. Entre les gadgets, les capacités spéciales, les points d’expériences à acquérir… il y a de quoi faire. Sans compter que les boss et demi boss, sont plus sensibles à certaines attaques. Un brin de tactique dans un monde de brutes, où ça blaste et cogne en permanence.

Question fusillades « Agents of Mayhem » ne s’inscrit pas dans la lignée de « Gears of Wars » ou « Uncharted ». Nul besoin de se mettre à couvert. Les sbires du docteur Babylon du ministère de l’orgueil débarquent de partout et les réflexes sont mis à l’épreuve. Pour survivre, on calera, comme dans « Diablo III » la difficulté (15 crans) en fonction de sa progression, on utilise un petit effet de boost ou un triple saut en hauteur pour se dégager d’un mauvais pas et on switche à la volée entre les héros. Un gameplay simple mais fun.

Les repères, genres de mini- donjons nécessitent passer de salle en salle en piratant les systèmes ennemis au milieu de dangereux soldats. Histoire de diversifier le tout, Deep Silver vous mettra quelquefois aux commandes de belles bagnoles. Assaillis sous les bombes ou à la poursuite d’autres caisses : influence « Chase HQ », les courses poursuites sont plutôt agréables… bien que sommaires niveau conduite.

La première sortie de ces agents est donc une bonne surprise. Le jeu n’est pas exempt de défauts, notamment dans la conception lambda de son open world et dans le manque de charisme de certains protagonistes… Des ajustements à opérer dans une suite probable, vu le potentiel du titre. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire