ASSETTO CORSA COMPETIZIONE

24/06/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Suite à un accès anticipé qui a permis aux fans de se faire la main, le deuxième volet de « Assetto Corsa » sort enfin des stands. Une aubaine pour tous ceux à la recherche d’un jeu de conduite « réaliste » ne voulant faire aucun compromis vis-à-vis de leur passion.

Baptisé « competizione » en raison de son aspect E-sport, clairement mis en avant par les développeurs de Kunos Simulazioni, cet opus ne s’adresse donc pas aux joueurs casual, ni aux amateurs de course arcade. Ici la moindre erreur d’appréciation se paie cash et vous éloigne du peloton, enlevant quasiment tout espoir de remontada. Forcément, les assistances sont aussi réduites au minimum, y compris au niveau débutant (on peut passer la boîte en automatique, mais l’aide au freinage est absente) et la météo dynamique force à redoubler de concentration. Un ajout appréciable, qui pousse le vice jusqu’à nous faire utiliser manuellement les essuie-glaces ! La preuve d’un souci du détail constant.

Dans sa quête du vrai, ce jeu officiel des Blancpain GT series, championnat de voitures de Gran Tourisme, va toujours à l’essentiel, quitte à paraître austère. Le meilleur exemple reste la carrière qui consiste à enchaîner les circuits, sans faire glaner des points d’expérience ou d’autres bonus. Au rayon des modes de jeu même combat. On note des évènements spéciaux, de l’entraînement et bien évidemment la partie online, où on se frotte aux meilleurs. Clair, simple et précis donc.

Toujours dans cette optique, l’objectif n’est pas de faire dans la surenchère de circuits – on en compte une dizaine – ou de voitures disponibles. L’idée est plutôt de proposer une véritable expérience pour chacun d’eux. Les tracés sont reproduits à l’identique grâce à la technologie laserscan et les bolides possèdent tous une physique et un bruit spécifique. Pour en profiter au mieux, l’usage d’un volant est quasiment obligatoire. Jouer au pad est certes possible, mais va contre la nature même de la proposition. Reste à souligner l’aspect technique au poil, avec un moteur Unreal Engine 4 qui fait des merveilles. En somme, c’est beau, c’est fluide et c’est exigeant. Une réussite. (Jeu testé sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire