AVENTURES A EMPORTER (ETE 2018)

16/07/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , , ,

Les vacances battent leur plein… et la période est propice aux jeux nomades. Emporter une 3DS ou une Switch dans la valise étant bien évidemment plus simple que de trimballer PS4 et téloche dans ses valises. Mais plutôt que de partir sur des petits jeux casuals, quoi de mieux que de se plonger dans un J-RPG, à lui seul capable de vous tenir en haleine pendant tout l’été ? En révisant son anglais, vu l’absence de traduction française !

Avec ses combats en temps réel orientés action « Shinning Résonnance Refrain » est accessible au plus grand nombre. Cousin pas si éloigné de la série des « Tales of… », ce titre sorti à l’origine en 2014 sur PS3 est inédit en Europe. Quelques centaines d’années après la fin du Ragnarok, le possesseur de Switch incarne Yuma, jeune guerrier qui peut se transformer en dragon lors des joutes les plus ardues. Une spécificité de taille, forcément limitée, mais qui reflète parfaitement l’esprit souhaité par les développeurs. Les combats en temps réels avec coups forts, coups faibles, pouvoirs… sont dynamiques et les boss suffisamment retors pour tenir en haleine. En guise d’originalité, on note un système de séduction entre les membres de l’équipe. Le concept consistant à présenter ces héros comme un groupe de musique, avec leurs instruments de prédilections apporte également de la fraîcheur. Attention toutefois, le jeu est bavard, avec de longues scènes figées pour faire avancer l’histoire et le mode « refrain » n’est qu’une variante du jeu de base, intégrant deux autres personnages clés, que l’on découvre plus tard dans l’aventure. Destiné à une niche de joueurs, « The Lost Child », se classe dans la famille des dungeon-crawler. A mi-chemin entre le RPG et le FPS, on tente en vue subjective, de s’extirper de labyrinthes peuplés de monstres. Seul hic, le déplacement se fait case par case ce qui peut rapidement lasser si on n’adhère que moyennement à la formule. La force du jeu édité par Nis America réside dans son personnage un journaliste, qui dans un monde étrange, doit résoudre une succession de mystères. Sa principale force ? Capturer les créatures qui se dressent sur son parcours avant de les purifier et de les faire rallier sa cause. Pas du luxe vu la difficulté qui va crescendo !

Quelque peu délaissée par Nintendo ces derniers temps, la 3DS n’est pas en reste avec un certain « Radiant Historia : Perfect Chronology ». Dans les faits, il s’agit aussi d’un remake d’un hit sorti début 2011 sur DS… aux Etats-Unis. Oui car là encore, le vieux continent n’avait pas eu la chance d’accueillir l’histoire de Stocke et ses mémorables voyages temporels. Erreur désormais réparée dans une version embellie et agrémentée de nouvelles fonctionnalités lors des affrontements, qui se déroulent au tour par tour avec la possibilité d’intervertir l’ordre d’attaque des membres de son groupe. Idéal pour enchaîner les combos. C’est nerveux, jouissif et on en redemande. La structure du scénario, complexe, consiste à modifier le passé pour changer le présent. Les graphismes rétro enchantent… tout comme la bande son, vraiment entrainante. Joli coup d’Atlus, donc.

A l’occasion de son 25e anniversaire, une autre série plébiscitée « Shin Megami Tensei » fait son grand retour, et voit double ! Les yeux des fans sont tout d’abord rivés sur l’opus « Strange Journey », qui connait lui aussi un lifting sur 3DS. Dungeon crawler plus dynamique que « The Lost Child », le voyage possède une identité atypique, puisqu’il plonge le gamer dans un univers de science-fiction dystopique avec un petit message écolo bien senti. La direction artistique, et le design des protagonistes compensent une petite faiblesse graphique. Préparation de l’aventure, plongée dans les dédales et recrutement de sales garnements sont à l’ordre du jour… La seconde variation « Libération Dx2 »… s’invite pour sa part sur tablettes et smartphones. Véritable carton au Japon, ce AAA Mobile est beau est parfaitement fluide. Découpé par petits chapitres, le jeu se prête volontiers aux petites sessions et favorise les combats, toujours au tour par tour. Pour les adeptes, il y a même une petite partie Réalité augmentée façon « Pokemon Go » ! Le design, signé par le papa de Phoenix Wright fait mouche et si l’on compte « seulement » 160 bêtes à convertir à sa cause (contre 350 dans « Strange Journey »), il y a de quoi s’amuser et ce, dès les premiers pas de notre héros (ou héroïne) dans le célèbre quartier de Akihabara, à Tokyo. Le recrutement nécessite d’entamer une discussion avec l’ennemi ! Système sympa qui n’est pas sans rappeler celui du déjà culte « Persona 5 ». Comme référence, il y a pire ! (Jeux testés sur Switch, News 3ds et Android).

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire