AVENTURES RETRO

24/06/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

LEISURE SUIT LARRY – WET DREAMS DON’T DRY

Ah ce cher Larry…. Voilà plus de vingt ans que ce séducteur virtuel, gaffeur mais aussi plutôt macho ne nous avait pas donné signe de vie. Avide de nouvelles rencontres qu’il compte bien conclure, le gugus revient et se retrouve propulsé au 21e siècle. Choc des cultures garanti. Intitulé « Wet Dreams don’t dry » ce nouvel épisode joue sur le côté ringard de son héros aux mœurs discutables. Depuis les années 90, le monde a évolué, mais lui a du mal à changer… A ceci près qu’il tombe cette fois amoureux de la secrétaire d’un clone de Steve Jobs. Va-t-il arriver à la séduire ? L’objectif est fixé… mais ne va pas empêcher Larry de s’inscrire sur le réseau Timber pour tester son pouvoir de séduction.

Dans un style cartoon, le jeu ne se prend pas au sérieux. Il se présente sous la forme d’un point and click regorgeant d’énigmes. Dénichage d’objets, combinaisons… Le gameplay est classique mais efficace. En accomplissant différentes missions pour les différents personnages haut en couleurs croisés en chemin, on parvient à ses fins. Un peu plus facile comparée à certains titres de la concurrence, tels « Deponia » ou « Les Chevaliers de Baphomet », l’aventure regorge toutefois de certains passages cotons. Heureusement, la traduction en français (seulement pour les sous-titres) apporte quelques petits indices et permet de profiter de l’humour, omniprésent. Conséquence, même si le principe du décalage temporel n’est pas renouvelé, on passe un agréable moment en compagnie de ce cher Monsieur Laffer, qui assume sa ringardise autant qu’il se prend au sérieux. L’art du paradoxe. (Jeu testé sur PS4 Pro)

CONTRA ANNIVERSARY COLLECTION

Les amateurs de shooter à l’ancienne ont de quoi être aux anges ! Konami a pensé à eux en annonçant lors de l’E3 le développement de « Contra : Rogue Corps », qui selon la bande annonce promet de faire passer la série à la 3D. Mais d’ici la sortie, calée au 24 septembre, la firme japonaise nous fait une piqûre de rappel en sortant sa « Contra anniversary collection », compilation qui à l’instar de celle consacrée à « Castlevania » possède de solides arguments pour faire craquer les nostalgiques… et initier les nouveaux venus à ce genre aujourd’hui délaissé.

On retrouve donc l’essentiel de la saga. Du premier opus paru dans les années 1980 à « Hard Cops » qui avait fait les beaux jours de la Megadrive en 1994 en passant par « Super Probotector », hit incontournable de la Super Nintendo. On note même la présence de « Operation C », le jeu Game Boy ! La plupart des titres sont jouables en différentes versions (arcade, console…), avec même parfois la possibilité de passer de 60 à 50hz ! Difficile d’être plus complet. Et comme si cela ne suffisait pas, un livre bonus virtuel remémore l’historique de « Contra ».

Toujours aussi efficace ce principe de « Run and gun », également cher à « Metal Slug », accroche immédiatement et se révèle être un véritable défouloir. La possibilité de parcourir les titres à deux sur la même console est plaisant et allège un peu la difficulté générale, dans la moyenne haute. Les vies sont limitées et les boss plutôt bien armés. Heureusement, cette collection permet de sauvegarder sa progression à la volée. Parmi les autres options notables, quelques filtres graphiques ou encore le choix du format (16/9e, 4/3) apportent un chouia de souplesse. Ils sont la preuve d’un respect de ces dix œuvres originelles, véritables monuments du jeu vidéo. A (re)découvrir surtout qu’à 20 euros l’ensemble, le tarif est vraiment correct. (Jeu testé sur Ps4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire