“BAYONETTA” / “STRAFE” : Le PC passe à l’action

17/06/17 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

BAYONETTA

Huit ans… Il a fallu attendre huit ans avant que la plus sexy des sorcières daigne venir envouter les PC. C’est dire si les fans, qui espéraient profiter de cette référence du beat’em all dans des conditions optimales ont dû prendre leur mal en patience. Ils ne seront pas déçus : Sega et Platinum games ont concocté une adaptation de qualité. Jouable en 4K, extrêmement fluide, commandes qui répondent sans lag…. Un must du genre.

Pas de nouveauté ou de bonus au menu. Et n’espérez pas non plus trouver sur Steam une compil’ contenant le second opus. Ce dernier est une exclusivité Nintendo, disponible uniquement sur WII U. Il faut donc se contenter du premier combat de la donzelle contre ces anges aux pouvoirs démoniaques. Heureusement, les atouts de la belle sont conséquents : panoplie de combos, arme à distances… et surtout l’envoutement. L’astuce consiste à esquiver au dernier moment pour ralentir le temps de vos ennemis et enchaîner les coups. Une question de timing hyper efficace, révolutionnaire en son temps et toujours sans égale.

Malgré son âge, le gameplay n’a pas pris une ride. Idem en ce qui concerne les graphismes, loin de la dernière production à la mode mais agréables à l’œil. La structure découpée en chapitre avec des zones à terminer avant de passer à la suivante fait dans le classique. Quant aux boss, ils sont légions et aussi impressionnants que difficiles à abattre. Vous voilà prévenus !

STRAFE

Plus qu’un simple éditeur, Devolver est devenu une véritable marque de fabrique dont le seul logo fait suer – au bon sens du terme – le gamer sur son pad. Développé par Pixel Titans, « Strafe » ne déroge pas à la règle imposée par les « Hotline Miami » et consorts. Cette fois le jeu hardcore prend la forme d’un FPS…. Résolument rétro. De l’esthétique à la partie sonore bigrement travaillée, tout est pensé pour vous faire retourner dans les années 1990.

Le menu sous forme de bureau aux couleurs digne d’un Amstrad CPC annonce le ton. Les lignes de DOS défilent, et après avoir aperçu dans les options qu’une future compatibilité VR est à l’étude, vous voilà propulsé dans un monde peu coloré, digne des « Doom » ou « Quake » d’antan. On sélectionne son arme parmi trois, et dans des niveaux générés aléatoirement, on blaste illico presto du monstre. Le hic, c’est qu’ils se déplacent par groupe pendant que leurs compagnons balancent leurs munitions. Dans ces conditions, pour peu qu’on ne soit pas à 100 % concentré, le game over arrive en quelques petites minutes et hop, direction le début du level ! Le concept Rogue Like dans toute sa splendeur…

On conseillera donc le jeu aux nostalgiques et aux amateurs de Fast FPS. « Strafe » va vite, très vite et le moindre changement de direction s’avère brutal pour le non initié. Le design, très particulier, fait de science-fiction et de gore est aussi à double tranchant. On aime ou on déteste mais c’est en joueur avisé qu’on se lancera dans le périple hardcore où il faut des nerfs d’aciers pour en voir le bout. Et ce dès le premier monde. A prendre ou à laisser, donc.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire