BLEEDING EDGE

20/04/20 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Développeurs aguerris, les artistes de Ninja Theory comptent plusieurs jolis coups à leur actif dont le beat’em all « DmC : Devil May Cry », et l’aventure atypique « Hellblade ». Leur nouvelle livraison « Bleeding Edge », disponible uniquement sur les machines estampillées Microsoft (Xbox et PC) change encore de registre en lorgnant du côté d’un certain « Overwatch ». Une curiosité.

Première précision, le titre est uniquement multijoueur et à l’exception du didacticiel et du mode entrainement, impossible de la jouer solo. Un manque certes, qui explique aussi le prix (30 euros) plus doux qu’un AAA lors du lancement. Une fois connecté et de préférence avec des amis (la communication est indispensable pour réussir) le fun est assuré. On sélectionne un personnage parmi une classe précise (tank, soigneur, spécialiste des attaques à distance…) en veillant à former une équipe complémentaire. Rendez-vous ensuite sur des maps pour en découdre face à des adversaires. Capture de bases, livrer des objets… Les objectifs sont classiques, mais efficaces.

S’il ne renouvelle pas le genre et s’appuie sur des mécaniques connues des amateurs de MOBA, la direction artistique colorée et l’esprit déjanté emportent l’adhésion. Ici les personnages utilisent des guitares, chevauchent des missiles, sont armés de lames fouets. On y croise des punks, des squelettes et des mémés. Tout ce petit monde chevauche des hoverboards pour se déplacer rapidement. Cet esprit décomplexé associé à une certaine nervosité dans les affrontements font de « Bleeding Edge » une proposition vraiment fun. La possibilité d’améliorer son protégé en fonction de l’expérience son protégé est aussi un plus.

Pas prise de tête, ce défouloir atteint donc son but. Certes, il n’est pas, essentiellement au niveau de l’équilibrage et de la richesse du Gameplay, au niveau du hit de Blizzard, mais les fondations sont solides et laissent présager un joli avenir. A essayer… surtout pour les possesseurs du Xbox Game Pass, où le jeu est disponible sans surcoût supplémentaire. (Jeu testé sur Xbox One X)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire