“Borderlands” & “Civilization” : Suites spatiales

05/12/14 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , ,

CivBE_3

Développer des suites c’est bien, mais encore faut-il arriver à apporter continuellement du sang neuf, afin de ne pas tomber dans le piège du copier-coller et de frustrer les fans. Aussi et pour renouveler deux de ses titres phares, le jeu d’action « Borderlands » et la simulation de gestion « Civilization », l’éditeur 2K Games semble avoir trouvé la solution miracle : envoyer tout ce beau monde dans l’espace !

Borderlands : The pre-sequel

Ne rangez pas vos PS3 ou vos Xbox360 au placard, ou plutôt, ressortez-les si vous avez craqué pour leur successeur. La raison ? Ces « anciennes » consoles accueillent un nouveau volet du shooter fun et déjanté « Borderlands ». Sous-titré « The pre-sequel », cet épisode fait le lien entre les deux épisodes parus en 2009 et 2012. Et cette fois, pas question de faire explorer à son Aventurier de l’Arche la planète désertique de Pandore… mais de s’envoler sur sa lune ! Un changement de décor notable puisqu’il faut désormais composer avec la gravité et l’oxygène. Résultat, les combats, en apesanteur, sont encore plus bourrins et les capacités déblocables des avatars virtuels regorgent d’imagination. Mention spéciale au robot mascotte Clap Trap, désormais jouable et dont l’armement est redoutable. Pour le reste, « Borderlands : the pre-sequel » s’appuie sur de solides acquis : du loot à outrance permettant de dénicher les meilleurs équipements, de la coopération en ligne et des graphismes en cel-shading, façon dessin animé, indémodables. D’où un voyage en terre inconnue certes, mais pas trop dépaysant. Joli défouloir.

Civilization beyond earth

Série phare du jeu de stratégie sur PC, « Civilization » délaisse pour sa part les conflits historiques et pousse les joueurs à s’en aller conquérir d’autres planètes. Un tournant majeur dans le style, le graphisme et donc le réalisme des causes à défendre. Sur ce nouveau terrain de guerre, les habitués retrouveront toutefois vite leur marque. Le système au tour par tour, la gestion des troupes, des ressources, les alliances à forger avec d’autres généraux… Rien ne manque. La présence d’aliens hostiles (ou pas) et de matériaux à glaner poussant toujours plus loin le concept et les possibilités. La progression se fait à tâtons et la réflexion est de mise, tant la moindre erreur de jugement peut être fatale. De quoi laisser de côté les néophytes, qui devront s’armer de patience lors d’un long didacticiel, s’ils veulent découvrir toutes les richesses de ce « Civilization beyond Earth », ô combien chronophage et qui se paie même le luxe de posséder, in game, sa propre encyclopédie !

«Borderlands : the pre-sequel » et “Sid Meyer’s Civilization Beyond earth”, jeux édités par 2K Games, disponibles.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire