Cali, Goubli : les yeux pleins d’images!

01/02/07 par  |  publié dans : Internet, Médias | Tags :

Voici l’histoire de deux femmes, Cali Rezo et Goubliboulga, qui ont conquis la toile par leur façon bien à elles de saisir la beauté du monde. La première a fait de son art un métier, la seconde s’y sent de plus en plus à l’aise et leurs œuvres originales ont fait fondre plus d’un internaute, petite présentation :

En 2004, Cali Rezo crée son premier blog où elle expose petit à petit des peintures numériques toutes plus surprenantes les unes que les autres… seulement qu’est-ce que peindre numériquement ? On crayonne un modèle, on applique les couleurs, la démarche est la même mais la manière de travailler est plus moderne : il ne s’agit plus d’utiliser un pinceau et de la gouache mais une tablette graphique, un stylet et un ordinateur. Des outils contemporains et un don pour capter la lumière, le mouvement et la vie, voilà ce qui permet à Cali de nous livrer de merveilleuses images sur son blog. Un jour, elle œuvre sur la couleur, un autre sur l’épuration et de son atelier créatif sortent des séries de portraits toujours singulières et souvent étonnantes. Comme lorsque fin 2006, la graphiste s’intéresse aux perles et nous plonge dans une ambiance qui ne laissera personne indifférent, à l’instar de ses créations.

Cali Rezo, Perle n°8 – 2006.

En 2005, Goubliboulga, dont le mari poilu tient un blog, décide d’en ouvrir un à son tour. Les premiers mois, elle poste de jolies illustrations mettant en scène des bestioles sympathiques et farceuses. Puis, de plus en plus, les images qu’elle propose se distinguent et s’affirment comme des tableaux hybrides entre photographie et dessin. Les petits êtres prennent alors vie dans des décors bien réels avec beaucoup de poésie, d’humour et de légèreté. Les moments oniriques deviennent immortels et avec eux la nature s’anime, l’innocence gambade et notre visage s’illumine d’un sourire nostalgique. La dernière série de l’illustratrice, intitulée rêves éveillés, pose dans de vieilles photos les animaux bienveillants des enfances de quelques blogueurs. Ils étaient vraiment là, on ne peut en douter, mais seule Goubliboulga a su nous les montrer.

Goubliboulga par Goubliboulga, Rêves éveillés – 2006.

Au final, c’est à travers un blog que ces femmes nous touchent avec leurs images. Comment perçoivent-elles ce médium ? Pourquoi avoir choisi de passer par lui ? Comment vivent-elles leur art ? Quel est leur méthode ? Et que disent-elles l’une de l’autre ? Elles répondent.

Que pensez-vous des blogs en général, notamment des blogs graphiques ?

Cali Rezo : Le système du blog me semble être un outil intéressant lorsqu’on a quelque chose à dire ou à montrer, à chercher ou à partager. En revanche publier un blog juste parce que c’est la mode me paraît totalement inutile.
Les blogs graphiques étrangers (anglais, espagnols ou américains) sur lesquels je me suis arrêtée ressemblent plus à l’idée de « laboratoires de tests » qui me plaît. J’ai trouvé de véritables graphistes qui recherchent constamment dans diverses directions et semblent moins nombrilistes qu’en France…

Goubliboulga : Tous les jours, je pars à la recherche des notes graphiques que les blogueurs auront bien voulu publier, il y en a parfois trop peu à mon goût.
J’apprécie ces notes dessinées instantanées qui retracent le vécu et les émotions de chacun.

Pourquoi en avoir crée un, qu’attendez-vous d’eux et que vous apportent-t-ils ?

Cali : J’ai créé un blog pour montrer mes images, collages ou recherches graphiques et avoir un retour via les commentaires. Je pense qu’il est difficile de dessiner seule dans son coin et d’avoir du recul sur ce que l’on fait. Le fait de poster régulièrement me pousse aussi à garder un rythme constant dans ma production ce qui me permet de progresser.

Goubli : Au tout départ j’ai créé mon blog pour me remettre à dessiner, j’avais mis l’illustration de côté depuis trop de temps déjà, le blog m’a aidé à me réveiller.
Il me sert aujourd’hui à proposer mes expériences graphiques aux autres blogueurs visiteurs qui me livrent leurs impressions à chaque note, ce retour immédiat est un moteur pour avancer.
A côté de ça ce blog me sert aussi de carte de visite dans mes démarches auprès des maisons d’édition.

Parlez-nous un peu de vous et de vos œuvres, est-ce dur de vivre de sa passion ?

Cali : Je trouve plus facile d’essayer de gagner ma vie avec mes images que de travailler dans un bureau, par exemple. Le statut d’indépendant est complexe à gérer mais me donne une sensation de liberté, essentielle pour moi.
Je ne fabrique pas mes images dans la douleur comme certains artistes. Mais la façon dont elles sont accueillies m’angoisse pas mal. Au fond, je ne dessine pas tellement pour moi.

Goubli : Je ne vis pas de mes illustrations, je ne suis publiée nulle part pour l’instant, je ne vends pas mes dessins non plus. Pas parce que je ne le veux pas mais je dois d’abord trouver le moyen d’accrocher visuellement les éditeurs.
Le métier qui aujourd’hui me fait vivre et qui lui aussi me passionne c’est l’enseignement, je suis professeur de dessin et d’histoire de l’art et j’enseigne à des adolescents dont l’âge varie entre 15 et 19 ans, une tranche d’âge que j’affectionne.

L’une et l’autre accordez beaucoup d’importance aux photos dans vos travaux, pouvez-vous nous en dire plus ?

Cali : Les photos font partie de mon processus artistique. C’est la 2e étape de mon travail, la 1ère étant la conception intellectuelle. J’ai plus de mal à utiliser comme références des photos que je n’ai pas réalisées puisque au moment des prises de vue, non seulement je choisis le modèle et dirige ses poses mais je suis aussi attentive à la lumière et au cadrage.
Je pense que même avec beaucoup de talent, une étude attentive du réel surpasse toujours l’imagination.

Goubli : Les photos représentent le regard que je pose sur ce qui m’entoure, je fige des images parce qu’elles m’interpellent et chez moi je les fusionne avec mes dessins et j’essaie de leur redonner vie. La photo a pris de plus en plus de place dans mes illustrations, elle m’ a permis d’aller plus loin dans mon expérience de la couleur et de découvrir mon univers imaginaire.

Quel est votre regard sur vos blogs respectifs ?

Cali : J’aime la fantaisie et la vision du monde de Goubliboulga. On sent la maturité derrière l’aspect magique presque enfantin de ses montages dessinés.

Goubli : Cali Rezo maîtrise parfaitement le rendu des personnages et des ambiances lumineuses mais pas seulement, elle va au delà de l’apparence et semble savoir lire dans l’âme de ses modèles.

Cali Rezo (à droite) par Goubliboulga, Rêves éveillés – 2007.

Le blog de Cali Rezo : http://www.calirezo.com/blog/index.php
Le blog de Goubliboulga : http://goubliboulga.canalblog.com

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

11 commentaires

    Marie  | 05/02/07 à 10 h 32 min

  • Merci Engy de m’avoir fait découvrir l’oeuvre de Cali que j’aime beaucoup. J’ai l’impression de me retrouver dans des toiles de Vermeer ou de peintres italiens. Un plaisir pour les yeux.

  • goubliboulga  | 06/02/07 à 11 h 42 min

  • Merci à vous pour ce très chouette article, je viens de faire une note qui en parle sur mon blog :o)

  • Lunaba  | 06/02/07 à 12 h 42 min

  • Je suis depuis leurs tous premiers pas ces artisans de l’image et tant d’autres. Je leur confie la couverture de mes romans quand le coup de coeur s’impose. Ils ont bien du talent et leur démarche, celle du partage et de l’échange me convient pleinement, elle reste humaine… il y a des veines qui palpitent derrière ce plasma, leur travail en est un bel écho.

  • cocole  | 06/02/07 à 16 h 01 min

  • je découvre ce site par l’intermédiaire du blog interwiewé! voilà deux mondes où je me promenerai avec plaisir!

  • Coccinelle  | 06/02/07 à 20 h 25 min

  • c’est drôle je les suit toutes les deux depuis un moment! Elles sont pleines de talents!Je les admire tant! Continuez surtout.

  • Coccinelle  | 06/02/07 à 20 h 27 min

  • Le premier lien est éronné et j’ajoute que je suis preneuse si vous donnez des cours sur Paris

  • soof  | 07/02/07 à 10 h 38 min

  • J’adore
    les deux
    j’adore
    (pas constructif ce commentaire ? )

  • engy  | 07/02/07 à 15 h 06 min

  • Soof – pas trop constructif mais on t’en voudra pas parce qu’on adore. Les deux. J’adore ;)

  • Bilou  | 07/02/07 à 18 h 08 min

  • mais que font les éditeurs ???!

  • caro  | 07/02/07 à 21 h 30 min

  • Epatant de vous lire toutes les deux, comme ça. On vous retrouve bien et on vous découvre aussi !

  • marion  | 07/02/07 à 23 h 45 min

  • bon co .. moi je ne découvre pas .. je redécouvre.; je me suis dit qu’il était temps que je me lance pour te soutenir .. article super intéressant et ses deux portraits te ressemblent bien .; toi qui a toujours été mon originale à moi!

Laisser un commentaire