“Civilization”, “Bloodborne”, “The Crew” : A fond les extensions

11/12/15 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

CIVILIZATION BEYOND EARTH : RISING TIDE (PC)

CiviIization

Sorti l’an dernier sur PC, Beyond Earth tranchait avec l’aspect historique de Civilization pour envoyer la série dans l’espace. Un changement de cap plus flagrant dans le « skin », l’apparence, que dans les mécaniques. Il était donc cette fois question de conquérir des planètes, et non des territoires, en augmentant la force de ses bases et de ses troupes. Cultiver des richesses, créer des matériaux, partir explorer de nouvelles zones et rencontrer des aliens, pacifiques ou pas, occupent de nombreuses heures. Le système au tour par tour a fait ses preuves et l’univers est à la fois dense et complexe. Autant dire, que Beyond Earth est un jeu chronophage qui nécessite un investissement total. Les fondus de Civ qui en auraient fait le tour ou simplement refroidis devant le manque de nouveautés de gameplay du jeu original seront ravis de se procurer l’extension Rising Tide, qui fouette bien le concept et le dynamise intelligemment. Les alliances avec les autres généraux ont été repensées grâce à de nouvelles options de diplomaties, le développement de ses équipements militaires est également complet et le principe de « colonie flottante », consistant à aller fouiller le fin fond des océans – où l’on découvre de nouvelles ressources – ouvre des perspectives. Un bon investissement… pour les amateurs pendant que les joueurs occasionnels passeront sagement leur tour. (2K, jeu testé sur PC)

BLOODBORNE : THE OLD HUNTERS

Judicieuse idée de la part de Sony que de sortir en cette approche de Noël une grosse extension de son formidable Bloodborne. Un pack « GOTY » incluant le jeu de base et ce DLC, baptisé The Old Hunters est également disponible, histoire de tenter ceux qui ne se seraient pas encore aventurés dans l’atmosphère gothique de Yarnham… Digne héritier de Dark Soul, le jeu de From Software est une expérience dont on ne sort pas indemne, où la progression se fait par l’échec. En effet, derrière ses airs de jeux d’action pur et dur se dresse un challenge qui ne laisse aucun droit à l’erreur. Tout est question d’anticipation, de contres et surtout d’apprentissage. Il faut analyser tous les mouvements « patterns » des ennemis, leurs emplacements et élaborer un plan pour débloquer un raccourci puis atteindre le boss de la zone. A chaque mort, on recommence du début du niveau, on perd ses échos de sang (points de compétences) durement acquis, et les monstres respawnent… Autant dire un divin cauchemar, qui pousse à se sublimer mais qui en contre partie n’est pas avare en récompenses. Soucieux de garder sa base de fans hardcore, l’extension The Old Hunters se destine clairement aux vieux briscards. La preuve ? Cette zone est soigneusement cachée et il faut déjà se creuser les méninges – ou aller sur la toile – pour trouver son accès. Une fois pénétré dans ce nouvel univers maudit, la difficulté est encore revue à la hausse et vous met aux prises avec des chasseurs, des nouveaux monstres et… cinq boss, qui ne laissent aucun répit ! En contrepartie, de nouvelles tenues et armes (épées, arcs, scie) aussi belles qu’efficaces viennent garnir votre inventaire et équilibrent un minimum le rapport de force. Quant à ceux qui galèrent trop, ils feront sonner une cloche, dont l’effet est d’appeler un allié à la rescousse… De quoi se sentir moins seul entre deux frissons provoqués par The Old Hunter, extension qui à elle seule tient en haleine une bonne dizaine d’heures. (Sony, Jeu testé sur PS4)

THE CREW : WILD RUN

L’an dernier, Ubisoft et Ivory Towers avaient eu les yeux un peu plus gros que le ventre… N’empêche que leur bébé, The Crew révolutionnait le système de course en monde ouvert. Imaginez un peu : une surface de course immense avec la reproduction des Etats Unis, une histoire à suivre sur fond de gang à infiltrer, des dizaines de caisses à piloter… Le tout entièrement connecté. Revers de la médaille, cette ambition avait un prix. Le comportement, parfois bizarroïde des bagnoles, et le rendu visuel cubique, loin des standards actuels ternissait le tableau. La sortie de l’extension Wild Run gomme en partie cet effet simplet grâce à une sensible amélioration graphique et l’apparition d’une météo dynamique. Le pilotage, lui reste orienté arcade. Soucieux de faire vivre leur titre sur la durée, les développeurs ont profité de l’aubaine pour décupler les possibilités. L’apparition des épreuves de drift (dérapages), off road, cascade ou drag (atteindre une vitesse maximale en une fraction de secondes) et création de courses apporte encore plus de variété. Mieux, l’évènement « Summit » invite régulièrement les pilotes virtuels à s’opposer en ligne et à comparer leurs records sur différents défis. Enfin, cerise sur le gâteau, les motos débarquent en force ! Parcourir tel un Easy Rider, les States sur deux roues donne un réel sentiment de liberté. A voir si cela permettra de gonfler la communauté. (Ubisoft, Jeu testé sur PS4)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire