CIVILIZATION VI : GATHERING STORM

04/03/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

Impossible de passer outre le mastodonte de la stratégie 4X. Disponible depuis fin 2018 sur Switch dans une version hautement recommandable mais pour l’heure dépourvue de ses extensions, « Civilisation VI » poursuit toutefois sa conquête du territoire PC, à coups de DLC copieux, venus à prix forts (comptez une quarantaine d’euros), mais qui n’hésitent pas à revoir certains concepts de fond en comble, en plus d’intégrer des options. Ainsi après un « Rise and fall » principalement axé sur les dirigeants voici « Gathering Storm » qui s’inscrit dans l’air du temps en nous mettant face au problème de l’écologie, en espérant, pourquoi pas, sensibiliser quelques gamers à cette noble cause.

Toute la force de cette nouvelle proposition est de s’appuyer sur le gameplay rôdé et de le détourner. Une partie de Civilisation se déroulant sur du long terme, les agissements ne se voient pas dans l’immédiat. Il n’est donc pas rare, surtout lors des premiers essais de faire prospérer sa cité, de développer des nouvelles merveilles… puis de se retrouver subitement face à des problèmes liés à des décisions prises plusieurs heures en amont, la plupart liées la gestion de l’énergie. Pour y remédier et éviter par exemple un réchauffement climatique, il faudra faire des choix cohérents et ne pas abuser des ressources. S’ajoute nt d’autres catastrophes naturelles, capables de venir bousculer le bon ordre établi. Réunir un congrès international pour anticiper ces aléas ou trouver une solution alternative est même possible ! Ces ajouts sont parfaitement intégrés et ne sont pas de simples gadgets ou annonces marketing. Le plaisir est donc renouvelé.

Les nouveautés ne s’arrêtent pas là : on note l’arrivée sympathique de l’ère du futur, qui apporte une dose de fantaisie… contrastant avec la douleur des deux nouveaux scénarios à disposition, lesquels nous plongent dans l’horreur de la seconde guerre mondiale ou devant la terrible peste noire qui sévit au XVe siècle. De quoi passer d’époque en époque dans des contextes différents. La victoire diplomatique est un plus., Elle permet de prendre le dessus sur une autre nation par la science ou les découvertes plutôt que par la force. Résultat, on se retrouve devant un titre hyper complet, très bien fini et immersif doté d’une solide courbe de progression. (Jeu testé sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire