CONAN EXILES

24/06/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

1982. Un certain Arnold Schwarzenegger enfilait pour la première fois le costume – léger – d’un certain Conan le barbare, avec le succès que l’on connait. Un univers riche, violent et atypique qui permettait au comédien de devenir star et aux spectateurs de découvrir l’âge hyborien inventé par le créateur du personnage, un certain Robert E. Howard. Voir débarquer un jeu estampillé « Conan », plus de 35 ans plus tard est donc une vraie surprise. Et s’il ne s’agit pas d’incarner directement le héros et encore moins de revivre la quête de vengeance qu’il anime, le titre des norvégiens Funcom possède de sérieux atouts pour vous plonger dans ce monde aussi déserté que dangereux.

En toute logique, « Conan Exiles » met à l’honneur la survie à l’état brut. Et après avoir entièrement créé votre personnage, femme ou homme, de la tête aux pieds (on peut même déterminer sa virilité), vous voilà nu au milieu d’une contrée sauvage. Très vite les besoins primaires : se nourrir, boire, se loger, s‘habiller se font sentir et on commence à récolter les différentes ressources autour de soi. Puis on se fabrique une arme, indispensable si on veut combattre des tribus ennemies ou mettre un animal à terre, avant de le faire cuire au feu de bois, dans un barbecue rudimentaire précédemment bricolé.

La progression est bien pensée. On grimpe les premiers niveaux rapidement en accomplissant une foule de tâches, avant de se retrouver à parcourir des cavernes /donjons tout en explorant la vaste contrée qui nous entoure aux multiples secrets. Certes le système de craft devient parfois laborieux, notamment quand il faut partir à la recherche d’un ingrédient précis, mais l’ensemble reste cohérent et les environnements se renouvellent suffisamment pour qu’on y revienne. Plaisant en solo, le titre trouve un intérêt supplémentaire en multi, où la collaboration est souvent de mise entre les joueurs. Un mode PVP qui permet de combattre ses semblables est aussi de la partie, mais augmente la difficulté. On le conseillera donc davantage aux experts qui auront roulé leur bosse quelques dizaines d’heures dans le mode principal. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire