“CONCRETE GENIE” / “MEDIEVIL”

04/11/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

CONCRETE GENIE

En attendant le AAA « Death Stranding », chapeauté par le créateur de « Metal Gear » Hideo Kojima, Sony nous invite à parcourir une aventure poétique, où Ash un adolescent moqué par ses vilains camarades récupère un pinceau magique pour redonner des couleurs à une petite bourgade portuaire grisonnante. L’occasion donc de proposer un périple porté par une direction artistique attachante tout en lorgnant du côté du conte moderne.

Les jeux de lumières et la réalisation sont à n’en pas douter les points forts de « Concrete Genie » qui par son côté aventure action et son concept fait parfois penser à « Epic Mickey », l’univers étant toutefois plus mature que celui imaginé par Disney. Au fil du parcours, le jeune héros timide doit convoquer à bon escient des génies et créer les bons motifs pour avancer. Dans le souhait de proposer un gameplay original, les développeurs ont choisi d’utiliser la reconnaissance de mouvements de la PS4. On aime… ou pas car l’ensemble manque parfois de précision. Heureusement, il est possible de revenir à une approche plus traditionnelle, avec l’usage du stick droit, plus pratique donc, pour dessiner quelques motifs.

Sans être parfait : la durée de vie est un peu courte (5 grosses heures), des combats sommaires et les situations rencontrées assez redondantes, avec une tendance à nous faire gribouiller un peu tous les objets alentours, la proposition accroche par son univers et la qualité de son histoire assez émouvante qui appelle également à prendre soin de l’environnement. Sympathique en attendant peut être une suite, plus aboutie. Car les bases sont là. (Jeu testé sur PS4 Pro)

MEDIEVIL

Sorti à l’automne 1998 sur PS One, « Medievil » s’est rapidement imposé comme une valeur sûre de la console de Sony. Autant que le concept d’action-aventure qui avait alors le vent en poupe, c’est surtout la direction artistique influencée par Tim Burton qui retenait l’attention. Un joli succès qui eu droit à une suite toute aussi sympathique… avant d’être oublié, pendant près de vingt ans. Mais l’attente est terminée puisque le squelette de ce cher Sir Daniel Fortesque réapparaît sur PS4. Un nouveau jeu ? Non un remake entièrement remis au goût du jour.

Techniquement, c’est beaucoup plus beau. Toujours aussi drôle, cette aventure nous invite à sauver un royaume en traversant différents niveaux bondés d’ennemis et regorgeant d’objets à collectionner. Des séquences de combats à l’épée mais aussi de la plateforme, histoire de varier les plaisirs. En toute logique le périple s’appuie sur des mécaniques rétros, quitte à ce que la caméra soit parfois capricieuse ou que certaines actions (les sauts en particuliers) manquent de précision. Pas de quoi gâcher le plaisir de (re)découvrir la bête le long des cinq à dix heures (selon que l’on termine la quête en ligne droite ou pas) nécessaires avant de voir défiler le générique de fin.

Petite ombre au tableau : il aurait été plus judicieux de sortir une compilation réunissant les deux opus comme cela avait été fait par exemple sur « Jak & Daxter », « Sly Raccoon » ou encore « Crash Bandicoot ». En guise de bonus, on est par contre ravi de pouvoir débloquer le titre original, dans sa forme initiale. Toujours bon à prendre en attendant, on l’espère une aventure totalement inédite, propre à perpétuer cet esprit chevaleresque et gothique qui fait donc le sel de « Medievil ». En cas de succès, l’espoir est permis (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire