CRASH TEAM RACING : NITRO FUELED

01/07/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

20 Octobre 1999. Au sommet de sa notoriété Crash Bandicoot déboulait en compagnie de ses amis dans un jeu de course sur PS One, comblant ainsi l’absence de « Mario Kart » sur la console de Sony. Un jeu devenu culte et des suites, « Nitro Kart » et « Tag team » un peu moins concluantes, puis… plus rien, au détriment des fans qui réclamaient son retour. 15 ans plus tard et dans la foulée d’une version remaster des jeux de plateformes, Activision exauce enfin leur souhait avec un remake-reboot qui tient largement la dragée haute aux exploits routiers du Plombier de Nintendo.

Au programme plus de trente courses, issues des deux premiers opus. N’allez cependant pas croire à un simple lifting des textures. Les québecois de Beenox, essentiellement connus pour leur travail sur la franchise « Skylanders » ont tout repris à zéro pour un résultat hyper classieux. Que l’on se tire la bourre sur une crique, des égouts peuplés de crocodiles, une zone enneigée et de nombreux autres décors, ça fourmille de détails, même si dans le feu de l’action, il est difficile de les apprécier au premier coup d’œil. Car malgré son aspect cartoon et la relative largesse de ses pistes, « Nitro Fueled » est extrêmement technique.

En plus des traditionnels bonus (bombe, totem d’invincibilité, caisses de TNT et de nitro…) à récupérer pour polluer le parcours de ses adversaires, tout en veillant à sa propre pomme, le secret réside dans le dérapage turbo. Le concept est facile à prendre en main mais délicat à appliquer. Il faut donc prendre appui en restant appuyé sur la gâchette R1 avant de déclencher au bon moment, quand les gaz sont allumés un boost en appuyant sur L1. Non seulement le laps de temps est court mais la possibilité d’enchaîner trois fois simultanément cette manœuvre, pour un effet encore plus dévastateur fait la différence en ligne entre les pilotes. A moins que ces derniers préfèrent user des boosts lors des sauts ! S’entraîner longuement pour apprendre les spécificités de chaque piste est donc indispensable.

Pour cela, la partie solo / offline fait parfaitement l’affaire. Elle a aussi le mérite d’être hyper complète. En plus des coupes (on enchaîne quatre circuits et on compte les points) ou simple grand prix, voir des combats à pratiquer en écran splitté, on note la présence d’une véritable aventure, regorgeant de défis. Ici pas moyen d’être second. Seule la première place compte, sous peine de devoir recommencer l’épreuve. Des variantes : récupérer les lettres CTR cachées sur le parcours ou arriver à briser des caisses pour figer le temps lors de time attack, sans oublier les affrontements de boss complètent la formule. On conseillera aux novices de commencer en mode facile… Certains passages étant réellement ardus en mode normal.

Avec sa fluidité à toute épreuve, Crash signe donc un retour marquant qui allie l’esprit rétro à l’esprit moderne. Mieux il s’impose tout simplement comme l’un des jeux de course les plus funs de la PS4. L’un des plus complet aussi avec 25 personnages jouables et une personnalisation des karts assez poussée… Une réussite totale ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire