DE VRAIS PHENOMENES

21/12/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

PLAYERSUNKNOW’S BATTLEGROUND

En accueillant « PUBG », Microsoft frappe un grand coup sur sa XBOX One. Phénomène ludique de l’année avec plus de 20 millions de copies vendues sur PC… et des pics de 2,5 millions de gamers connectés en simultané à travers le monde ce battle royale géant se devait de débarquer sur console. L’accès anticipé disponible au lancement souffre de quelques problèmes techniques. Saccades et fluidité aléatoires sont pour le moment le quotidien de tous ceux qui oseront être parachutés sur une île immense, dans le seul but d’être l’ultime survivant… Victime de son succès, « PUBG » s’améliorera, c’est certain au fil du temps. Une question de semaines sans doute avant que la stabilité soit de rigueur. Bien que gênant, ce défaut n’empêchera pas les gamers de se familiariser avec le concept. Et que l’on pratique cette mise à mort seul, à deux, en équipe… en vue TPS ou FPS, la tension qui règne lors de chaque partie est palpable. Entièrement online (abonnement gold indispensable) ce huis clos réunit donc 100 joueurs en simultané, dans une zone qui n’a de cesse de se rétrécir. Tuer ou se faire tuer, tel est votre sort. A vous de choisir s’il est préférable d’abord de se planquer dans une piaule, dans un buisson, récupérer rapidement de l’armement, vite entrer dans un véhicule pour écraser vos opposants… Sans surprise des vraies / fausses alliances se créent et seuls les dix derniers auront droit à des bonus, essentiellement cosmétiques. A la fois fun et pimentée d’un esprit survival, la formule renouvelle le jeu online. De plus en plus copiée, elle n’est pas encore égalée. (Jeu testé sur Xbox One S)

DOOM VFR

On ne présente plus « Doom ». Le pionnier des FPS (autrefois regroupés sous l’appellation « Doom-Like », pas un hasard) aime les variantes. Ainsi après une version 2016 portée sur Switch il y a quelques semaines, voilà que Bethesda invite son défouloir… sur PS VR ! En réalité virtuelle forcément, ça fait encore plus flipper et l’esprit gore est décuplé. Contrairement à « Skyrim », « Doom VFR » n’est pas un copié collé du jeu original mais bel et bien une nouvelle incursion dans ce monde peuplé de créatures maléfiques. Dans un esprit arcade, l’action est frénétique et l’immersion est réelle. Niveau sensation, on se situe dans le haut du panier. Plus agréable pad en main que PS Move autour du poignet, ce « Doom VFR » mise sur des déplacements par à-coups et des téléportations pour éviter le syndrome du motion sickness. Un choix payant puisqu’on ne ressent plus de nausée une fois le bon réglage effectué. Vendu une trentaine d’euros, l’expérience est donc hautement recommandable pour les possesseurs du casque de Sony, qui trouveront toutefois à redire sur la durée de vie assez courte et une relative répétitivité des situations. Mais là encore, l’objectif est de proposer un défouloir. Et sur ce point, la mission est accomplie (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire