DESTINY 2

17/09/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

A bien des égards, « Destiny » symbolise à lui seul le virage pris par les jeux vidéo sur la génération PS4. Sorti fin 2014, l’opus original au budget colossal – on parle de centaines de millions d’euros – s’est imposé sur la durée dans le cœur des joueurs. Il faut dire que Bungie, les papas de « Halo », ont su faire évoluer leur FPS et accentuer le côté social. Au fil des ans et des DLC, l’offre s’est considérablement fournie et c’est en toute logique que « Destiny 2 » déboule cet automne pour dépoussiérer le concept.

Dès l’introduction, qui rappelle les précédents exploits, les vieux de la vieille seront en terrain familier. Dans « Destiny 2 », les ajouts ne sautent pas aux yeux. On a toujours le choix entre trois classes : Titan, Arcaniste, Chasseur, leurs doctrines n’ont pas énormément évolués et l’interface est sensiblement identique. Idem en ce qui concerne le système de progression… On s’arrête donc toujours au level 20 puis on augmente son niveau de lumière grâce aux équipements lootés sur le champ de bataille. Enfin, il est important de préciser que les compteurs sont entièrement remis à zéro, histoire de ne pas frustrer les nouveaux venus.

Cet esprit conservateur, qui se ressent jusqu’au bestiaire : la ruche, les déchus, les cabales infestent la galaxie… ne doit pas faire oublier le travail accompli par les développeurs. Tout est désormais plus lisible et plus cohérent. Une fois parti du domaine – le hub qui remplace la Tour – on se lance à l’assaut des planètes. Et bien que celles-ci n’aient toujours pas de spécificités propres (gestion de l’oxygène, des ressources à récupérer, de la gravité…) leur écosystème est plus diversifié que par le passé. Les ruines flottantes de Titan, vertigineuses et la vallée de Nessos, sublime avec ses teintes de végétations rouges témoignent du souci accordé à la direction artistique. Les grottes, avec leurs effets de clair-obscur valent également le détour et il est bon de les admirer entre deux fights sous haute intensité. Et comme la bande son, grandiloquente, souligne parfaitement le côté space-opéra, le pari est réussi.

La structure connait également de sérieuses modifications. Bien que secondaire et manichéenne, l’histoire se suit sans mal et dépasse l’aspect « tutoriel géant ». Entre deux missions, plus de défis à remplir mais des aventures, quêtes secondaires classés par ordre de difficulté. Enfin des évènements aléatoires viennent rompre la routine et permettre de glaner des armes et armures toujours plus puissantes. Et si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours démanteler le matos pour obtenir des pièces nécessaires à la fabrication d’autres objets. La formule est efficace.

Entièrement jouable en solo, le périple principal donne accès aux fameux assauts à parcourir en compagnie de deux autres gardiens. Les raids nécessitent une réelle communication entre les gamers. Les adeptes de coop y trouveront donc leur compte… ceux qui préfèrent le joueur Vs Joueur resteront plus sur leur faim avec les combats de l’épreuve… sympathiques mais en deçà de ce qu’on trouve chez « Overwatch », « Call Of Duty » ou « Battlefield ». Reste au final un jeu carré, pensé dans son moindre détail, jusqu’à laisser la place aux prochaines améliorations. La galette est complète « Destiny 2 » saura contenter aussi bien l’amateur de sensations immédiates, avide d’un jeu pop-corn pétaradant que le vétéran qui souhaite s’investir sur la durée dans un MMO RPG orienté action. Ses différentes approches et variantes font qu’on parcourt l’univers à sa guise en ayant l’impression malgré son concept forcément répétitif de ne jamais tourner en rond. La marque des grands. (Jeu testé sur PS4 Pro)

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire