DIVINITY ORIGINAL SIN 2

24/09/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Attention petit chef d’œuvre… mais immense gouffre à temps. Dans la lignée d’un excellent premier épisode, Larian Studio vous invite à vivre une nouvelle aventure toute aussi captivante, à la fois portée sur la stratégie et la liberté d’exploration. Un jeu de rôle pur, à l’état brut, qui voit le jour aujourd’hui sur consoles, avec un décalage de deux ans vis-à-vis de la version PC. Mais que les possesseurs de PS4 se rassurent, le portage est à la hauteur, avec une interface parfaitement adaptée au Dualshock.

L’achat de « Divinity Original Sin 2 » ne se fait pas à la légère : on ne se trouve pas devant un titre qui se savoure par petites touches. Au contraire, tout est pensé pour immerger non-stop le gamer dans un monde d’héroic fantasy, extrêmement dense. Il faut donc au bas mot une centaine d’heures pour en voir le bout, hors les quêtes annexes… Et comme elles se mélangent volontiers à l’intrigue principale, vous n’êtes pas prêts d’en voir le bout. Rencontrer des habitants, d’autres créatures est un plaisir de tous les instants. Tous possèdent une vraie personnalité. Autour de nous ça grouille de vie et comme les décors sont splendides, on en redemande.

L’histoire n’ayant que peu de lien avec le premier volet, le néophyte pourra s’y plonger sans risques… Il pourra même se faire accompagner d’un ami en ligne… ou sur la même console ! Dans ce cas le jeu s’appuie sur un système de split screen parfait pour s’entraider dans les meilleures conditions. On aura d’abord pris soin de choisir son personnage parmi plusieurs races avant de sélectionner sa classe. Créer son héros de toute pièce est aussi une option, mais revient à se passer des dialogues exclusifs de chaque membre du roster…

Echappé d’un bateau sur lequel vous étiez prisonnier, le périple débute réellement. On alterne phases de recherches, de bavardages pour glaner des infos (en essayant d’éviter les dérapages sous peine de confrontation) et d’inévitables combats. Ces derniers se déroulent au tour par tour. La vue tactique est recommandée pour mieux analyser les forces / faiblesses des opposants et les spécificités de l’environnement. Par exemple, Envoyer du courant sur une flaque d’eau où se trouve une créature lui infligera des dégâts supplémentaires. On s’amuse alors à varier les combinaisons entre les éléments. Addictif.

Armé d’une écriture solide, ce RPG sait aussi détendre l’atmosphère. Certaines idées, comme le fait de converser avec les animaux démontrent le soin du détail. Les dialogues sont fins, les voix anglaises concluantes et la profondeur de jeu quasi-sans égal. Sans oublier que des niveaux de difficultés supérieurs pourront pimenter encore davantage l’ensemble. Avec autant d’atouts « Divinity 2 » s’impose comme un jeu incontournable de cet automne, véritable hit qui fait un pied de nez aux blockbusters ayant tendance à nous prendre un peu trop par la main. Une réussite ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire