DONKEY KONG COUNTRY : TROPICAL FREEZE – VERSION SWITCH

10/05/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

En 2014, Donkey Kong faisait des étincelles dans « Tropical Freeze » sur WII U. Son île gelée par une bande de pingouins givrés qui l’expulsent de son territoire, le gorille accompagné de ses fidèles amis : les jeunes Diddy et Dixie ainsi que du Papy Cranky, revenait sur ses terres chasser les malotrus.Un voyage pas de tout repos. Oui mais pource ce remaster Switch, Funky Kong est jouable, et ça change tout.

Sans être insurmontable, « Donkey Kong Country : Tropical Freeze » est plutôt ardu dans son mode original. Pour traverser les six îles et la quarantaine de tableaux proposés, il faut s’accrocher. Le titre demande une grande dextérité et un bon sens du rythme pour franchir les nombreux obstacles. Entre les blocs de glace qui s’effondrent, les ravins et les ennemis, la progression se fait souvent par l’échec. Heureusement, des checkpoints permettent au joueur de ne pas recommencer depuis le début des niveaux. Le nombre de vie est conséquent et différents bonus, à acheter avec des pièces virtuelles, aident dans le périple.

Les situations rencontrées dans ce pur platformer 2D tiennent en haleine le joueur : entre des combats épiques contre les boss, des voyages en wagons ou tonneaux lancés à grande vitesse, la possibilité de monter à dos de Rhinocéros et des phases sous-marines, la fraicheur est là. Quant aux compagnons de Donkey, ils possèdent tous une capacité particulière. Diddy peut planer, Dixie saute plus haut que tout le monde et Cranky rebondit avec sa canne. Des aides précieuses voire indispensables pour récupérer les lettres du mot « Kong » et des pièces de puzzle, planquées dans chaque niveau. Dénicher tous les secrets débloque des niveaux supplémentaires, à la difficulté encore augmentée.

L’arrivée du singe surfeur modifie grandement la donne. Non seulement il possède cinq cœurs de vies, mais il est aussi insensible aux nombreux pics disséminés ici et là. Sa planche le fait aussi voler quelques secondes dans les airs – tel la Princesse Peach dans « Super Mario Bros 2 » – et sa force est utile pour torpiller inlassablement sous l’eau. L’arrivée de ce mode Funky, plus accessible aux joueur casuals renforce aussi la santé des autres Kong, octroie des réductions dans la boutique et valide l’obtention des fameuses lettres « Kong » dès l’impact. Pas grave donc, si on passe de vie à trépas dans la foulée. Des ajouts appréciables même si on ne peut malheureusement pas passer d’une difficulté à l’autre au sein de la même sauvegarde. Veillez à ne pas sur-estimer (ou sous-estimer) vos forces avant de partir à l’aventure.

Quatre ans plus tard, le visuel est toujours clinquant, aussi bien sur la téloche qu’en version nomade. La jungle luxuriante, les plages, les banquises… l’environnement fourmille de détails. Très fluide et très punch, le jeu est aussi bercé par les superbes mélodies jazzy de David Wise, qui signait celles de l’épisode original, en 1994, sur Super Nintendo. Vivement un opus inédit ! (Jeu testé sur Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire