“DRAGON QUEST” voit double

24/10/16 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

DRAGON QUEST BUILDERS

dragon_quest_builders_d

Sorti l’an dernier « Dragon Quest Heroes » était un modèle de Spin-Off. Long, accrocheur, ce savant mélange de RPG, Tower défense et aventure / action en ont fait un incontournable de la PS4. En attendant sa suite, d’ores et déjà disponible au pays du soleil levant, Square Enix illumine cet automne avec le volet « Builders », qui emprunte au best-seller « Minecraft » pour un résultat ô combien addictif.

Tout démarre lorsque le vil Lordragon vous impose de partager le monde avec lui. Idée malfaisante qui plonge le monde dans les ténèbres. A votre réveil, une petite voix vous tire les oreilles et rappelle que vous seul avez le don de bâtisseur, indispensable pour reconstruire des villes et à nouveau fédérer le peuple. Très vite, armé d’un petit bâton, que l’on ne tardera pas à améliorer, on part à la collecte de ressources avant de fabriquer différents objets sur un établi. Placer des briques, allumer une pièce, créer un lit pour se reposer… Tout se fait naturellement grâce à une interface ergonomique. On ne râle jamais contre une approximation de gameplay et le design, coloré, magnifié par une vue en plongée rétro rend l’ensemble parfaitement lisible.

Sans renier son univers si riche et bercé par des musiques somptueuses « Dragon Quest Builders » améliore son modèle grâce à un système de quête. Pas question ici de construire à l’aveuglette. Régulièrement les futurs habitants vous confient des missions à exécuter à l’autre bout de la map, qu’il faudra donc traverser en prenant le risque de rencontrer le mignon mais dangereux bestiaire si caractéristique de la série, qui célèbre cette année ses 30 ans. Parfois il faut aussi récolter des plans et respecter les instructions à la lettre… Au fil du temps, on grimpe en expérience et le monde reprend vie. Simple et profond, la pioche est excellente et arrive une nouvelle fois à jongler avec les genres avec une rare dextérité. (Jeu testé sur PS4)

DRAGON QUEST VII : LA QUETE DES VESTIGES DU MONDE

dq7_121126wj_01

Classique parmi les classiques au Japon où il était sorti en 2000 sur PS One « Dragon Quest VII » était inexplicablement resté inédit dans nos contrées. Seize ans plus tard, l’erreur est réparée et sa version embellie débarque sur 3DS. Une aubaine pour tous les amateurs de RPG à l’ancienne qui aiment le challenge, se plonger dans une histoire riche en rebondissement et s’attacher à un petit groupe, mené par un gentil fils de pêcheur qui se retrouve vite impliqué dans une quête aux proportions gigantesques.

Coloré et animé par l’esprit d’Akira Toriyama – le créateur de Dragon Ball a soigné le design des personnages – le jeu est artistiquement irréprochable. On se plaît à traverser les villages, à résoudre les énigmes dans les donjons et autres sanctuaires et bien entendu à combattre les ennemis, qui dans ce remaster sont directement visibles sur la carte. Dans la plus grande tradition du genre, les affrontements se font au tour par tour, avec une utilisation d’armes, de sorts et un système de classe simple à apprivoiser.

Long à boucler – comptez près d’une centaine d’heure rien que pour l’intrigue principale – ces Vestiges du monde demandent au joueur de littéralement se plonger dans la contrée de Fishbel,  ses alentours et donc son passé. Les dialogues sont nombreux tout comme les allers-retours mais on est happé par l’atmosphère avec une envie incessante de découvrir la suite du périple. Son adaptation en format portable fera qu’on le pratiquera volontiers par courtes ou moyennes sessions… pas très éloignées les unes des autres ! A l’image d’un certain Bravely Default, autre J-Rpg indispensables de la console de Nintendo. (Jeu testé sur New 3ds)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire