“Far Cry Primal” : A l’état sauvage

26/02/16 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

FCP_17_Kill_Fire_Screenshots_VIP_PRESS_TOUR_PR_160204_6pm_CET

Si le voyage au Kyrat, région fictive de « Far Cry 4 » était un pur plaisir, un grand nombre d’observateurs lui reprochaient une trop grande similitude avec son prédécesseur, dans ses mécaniques et son gameplay. Il était donc indispensable pour Ubisoft de repenser sa franchise et de la faire évoluer, avec toujours cette ambition légitime de dépayser le joueur. Mission donnée à « Far Cry Primal », plongée spectaculaire dans la préhistoire, 10 000 ans avant notre ère.

Les fondamentaux restent identiques. Il s’agit d’un jeu d’aventure / action en monde ouvert, à traverser en vue subjective. la carte est grande, diversifiée avec ses zones de forêts et de montagnes enneigées et on ressent rapidement une grande liberté dans ses actions. Les systèmes de craft d’objets, de compétences, de points d’expériences et de chasse sont également repris. Avec une mention spéciale pour la traque d’animaux… que l’on peut apprivoiser ! Une nouveauté qui change la donne.

Votre héros, Takkar, de la tribu Wenja, est le maître des bêtes. Ours, pumas, tigres à dents de sabre, blaireaux, lions… tous peuvent se soumettre à ses ordres et être envoyés sur le champ de bataille croquer de l’ennemi. Pour ne pas prendre de risques, mieux vaut effectuer une reconnaissance aérienne grâce à une chouette, dotée elle aussi d’un pouvoir d’attaque fulgurant. Chaque espèce a ses spécificités, les grosses bestioles attirent l’attention des méchants des autres tribus, les petites sont plus discrètes et vous dénichent des ressources. On se plait à varier les plaisirs pour prendre le contrôle des différents avant-postes, qui une fois libérés deviennent des points de déplacement rapides et augmentent la population de son village.

FarCryPrimal_Screenshots_Sabertooth_Hunt_PR_151006_6PM_CET

A la manière d’un « Fallout 4 », l’idée est de construire son petit havre de paix, de convaincre des spécialistes de vous rejoindre en accomplissant quelques dangereuses missions avant de rendre leurs huttes plus modernes. En échange, ces alliés vous remercient en débloquant des améliorations ou des objets tel une griffe-grappin fort utile pour mener à bien la totalité de l’aventure, qui s’étale, missions annexes comprises, sur une bonne trentaine d’heures. Voire plus si on est accro à la collecte d’objets.

Ubi Soft Montréal a tout mis en œuvre pour que l’immersion soit totale. La technique suit et le cachet préhistorique fait son effet. Des experts en linguistiques ont même été embauchés pour recréer un dialecte particulier. En dehors de quelques abus (les triples flèches enflammées…), les armes : gourdins, arcs et couteaux changent des traditionnelles mitrailleuses. Certaines idées, comme le combat à dos de Mammouth varient le périple et sont des moments de fun exquis.

« Far Cry Primal » est donc une bouffée d’air frais dans le monde cloisonné des jeux bacs à sable. Seule son histoire principale assez confuse et le pitch très classique : passer de l’âge de pierre à une civilisation naissante, laissent un peu à désirer… Bien qu’une fois dans le feu de l’action, cela passe au second plan. On pourra aussi reprocher la disparition du multijoueur. Là où « Far Cry 4 » permettait de la coopération ou des affrontements en ligne, les développeurs ont cette fois privilégié le solo. Que les adeptes du online et d’univers contemporains se rassurent, la boite française a pensé à eux avec « The Division », qui débarquera début mars. Autant dire demain.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire