“FINAL FANTASY XV” : Combats, road trip et amitié

19/12/16 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

tgs_ffxv_029

Des années d’attente… Mais ça y est, il est là, fin prêt pour trôner magnifiquement sous les sapins. Autrefois connu sous le nom de « Final Fantasy Versus XIII », le nouvel épisode de la série phare de Square-Enix porte désormais le numéro XV. Une aventure à part, qui pour la première fois se déroule en monde ouvert. Un risque, pas toujours concluant, mais qui ouvre une approche inédite pour les joueurs… fans ou novices, comme aime le préciser un slogan qui apparaît lors de chaque lancement, tous y trouveront leur compte.

Porté par une direction artistique extrêmement réussie, « FF XV » revient sur le périple de quatre gars : un jeune prince et trois de ses amis. Une histoire d’amitié vu par le prisme du sort d’un royaume mis à mal par un empire qu’il faut renverser. En découle un parcours initiatique, qui fait voir du pays et affronter bien des dangers…. Entre exploration et baston, l’équilibre se fait naturellement. D’un côté on sillonne les routes à bord d’une belle bagnole ou les étendues sauvages à dos de chocobos, de l’autre on affronte en temps réel des monstres ou des soldats. Particularité de cet opus, les ennemis apparaissent directement à l’écran et aller les zigouiller se fait sans temps de chargement. On décèle les failles, utilise l’arme adéquate, apprend à maitriser un système d’esquive / contre rapide, donne des instructions à ses partenaires et on prend un plaisir fou. Une orientation « action » inscrite dans la modernité… Mais que les adeptes de joutes tactiques se rassurent, une approche spécialement pensée pour eux est disponible via le menu.

ffxv-0330-13

A l’histoire principale, découpée en chapitres, étalée sur une trentaine d’heures, se greffe une foule de missions secondaires et de quêtes annexes. En plus des chasses façon « Monster Hunter », propres à vous occuper davantage – bien qu’on déplore un système d’aller-retour poussif -, on se plait à répondre aux besoins de ceux que l’on croise. Aller chercher des matériaux, prendre des photos… Activités moins scénarisées que dans « The Witcher 3 » mais suffisamment variées pour garder en haleine. Entre deux requêtes, on se repose au feu de camp, où on récupère enfin les points d’expériences durement gagnés, ou on s’adonne à des parties de pêche avant de cuisiner des mets. Une once de fraîcheur dans ce monde baroque, où les téléphones portables côtoient des dinosaures, où des mégapoles se dressent au milieu de vastes plaines.

Du pur bonheur, pour peu que l’on passe outre un rythme haché, certains trous scénaristiques, des temps de chargement interminables et une fin en ligne droite… Le prix à payer pour profiter d’une œuvre riche en moments épiques. La traque du Béhémoth ou l’affrontement d’un titan sont parmi les meilleures expériences vidéoludiques de l’année. Comme souvent chez Square Enix, la BO remarquable, porte ce voyage, beau, fort et à qui on a envie de pardonner tous les errements, gommés en partie à l’avenir par des patchs, à en croire les développeurs. Pas un monument du J-RPG donc, mais une valeur extrêmement sûre, incontournable pour les amateurs du genre. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Bernard  | 20/12/16 à 16 h 51 min

  • J’ai hâte de pouvoir le tester, je le reçois bientôt.
    Un beau cadeau de Noël :)

Laisser un commentaire