GRAVITY RUSH 2

07/02/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Au revoir Hekseville, Bienvenu à Jirga Para Lhao, ville constituée d’îles flottantes, au paysage inspiré de l’atmosphère de l’Amérique du sud et de l’Asie du sud-est. Un gigantesque terrain de jeu pour Kat et Raven, qui après avoir fait tourner bien des têtes sur PS Vita et PS4 reviennent cette fois en exclusivité sur cette dernière, le temps d’une suite qui sans être révolutionnaire, améliore la formule sur tous les aspects. L’aboutissement d’un concept, d’un gameplay novateur et rafraîchissant.

Dans les faits « Gravity Rush 2 » est un beat’em all extrêmement dynamique où il fait bon d’enchaîner les combos sur des ennemis, les Nevis, qui n’hésitent pas à prendre plusieurs formes. Le pouvoir de gravité dont dispose l’héroïne change considérablement la donne, puisqu’il oblige à zigzaguer dans les cieux et à se montrer mobile sur 360°. Passé un petit temps d’adaptation, manipuler la belle blonde devient un plaisir de tous les instants. La différence avec le premier opus, qu’on conseillera de parcourir en amont pour profiter pleinement de l’histoire, vient de l’ajout de deux nouvelles formes d’apesanteur. En mode « lune », l’héroïne est plus légère que jamais et en fonction Jupiter, sa lourdeur est compensée par une plus grande puissance de frappe. Tout le sel consiste à switcher entre ces différentes façons de combattre. Le résultat est subtil, varié et emporte l’adhésion.

D’ordinaire plutôt chiche question durée de vie, le genre de la plateforme-action trouve ici un joli contre-exemple puisqu’il vous faudra au bas mot, près de trente heures pour voir le bout de la quête. Sans compter la présence de missions annexes, de défis et de courses contre la montre. Difficile donc de s’ennuyer devant l’inventivité des développeurs de Japan Studio qui ont soigné le level-design. En jouant à fond sur la verticalité, la fluidité et en dosant parfaitement le challenge, ni trop facile, ni trop dur, le blockbuster vise juste… bien qu’on déplore quelques soucis de caméra lors des phases de voltige. Rien de dramatique, mais c’est parfois frustrant. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire