HORIZON ZERO DAWN

05/03/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Chaque année, à l’approche du printemps, Sony abat ses plus belles cartes, ses exclus, kill apps qui justifient souvent à elles seules l’achat d’une PS4. « Bloodborne » en 2015, « Uncharted 4 » en 2016 et donc « Horizon Zero Dawn » en 2017. Développée par Guerilla Games, papas des célèbres « Killzone », cette nouvelle franchise devient comme une évidence la nouvelle référence technologique et, sans renouveler la formule de l’open world, impose sa personnalité en piochant les idées dans nombre de AAA.

Ce jeu d’aventure et d’action vous invite à découvrir Aloy, une paria délaissée par sa tribu. Quête d’identité, d’acceptation de soi… et destin hors du commun sont au programme du jour. La jeune femme rousse, musclée, charismatique est une experte dans le maniement de l’arc, de la fronde, ou de la pose de pièges… Un précieux artefact, qu’elle a trouvé dans son enfance lui permet de voir, « marquer » les ennemis, d’anticiper leurs déplacements ou d’analyser leurs faiblesses. Très utile quand on veut la jouer tactique en misant par exemple sur l’infiltration avant de favoriser les combats, y compris au corps à corps.

Appuyé par des graphismes somptueux, « Horizon » brille également par sa direction artistique, le monde montagneux dans lequel on évolue. Là où on aurait pu craindre que le mélange entre nature et machines mécaniques corrompues, sortes de dinosaures évolués, ne prenne qu’à moitié, Il n’en est rien. Tout est visuellement cohérent et fait sens au fil de l’histoire. Sans compter que les quêtes annexes, plutôt bien écrites, dans la lignée de « The Witcher » combinées aux nombreux objets dissimulés sur l’immense map vous renseignent davantage sur ce monde futuriste.

Conséquence, on est happé, charmé… d’autant plus que la durée de vie de ce titre entièrement solo dépasse la cinquantaine d’heures pour qui veut tout boucler à 100 %, y compris en difficulté normale. Entre des défis de chasse chronométrés, la libération d’otages dans des camps ennemis, façon « Far Cry », la grimpette de bestioles géantes pour débloquer des parties de la carte… « Shadow of the colossus » quand tu nous tiens… et des sous terrains à explorer telle Lara Croft ou Ezio Auditore, il y a de quoi s’occuper.  Incontournable. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire