JURASSIC WORLD EVOLUTION

24/06/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Maitre de l’entertainment, Steven Spielberg a indéniablement marqué les esprits avec « Jurassic Park ». Sorti en 1993, le blockbuster permettait aux dinosaures de prendre vie et de nous impressionner sur grand écran. Quatre autres films plus tard, la franchise attire toujours les foules dans les salles obscures et le dernier volet « Jurassic World : Fallen Kingdom » ne déroge pas à cette règle. Profitant de l’actualité, Frontier Developments à qui l’on doit notamment les remarqués « Elite Dangerous » et « Planet Coaster », sort un « Jurassic World Evolution », dont les qualités lui permettent de dépasser largement le peu glorieux statut de jeu à licence.

Plutôt que de proposer un jeu de construction et de gestion complexe, les développeurs britanniques abattent cette fois la carte de l’accessibilité. Certes, comme on pouvait s’y attendre, il s’agit de créer son parc, de placer ses enclos, avant de les sécuriser et de les relier par des routes pour faciliter l’accès aux courageux visiteurs. Vient ensuite le temps d’y placer les bestioles, puis d’accueillir les curieux en veillant au bien être de chacun. L’interface est claire, lisible et le didacticiel en compagnie de personnages cher à la saga explique les mécaniques que l’on appliquera ensuite sur cinq îlots, pour autant de tableaux, à l’écosystème bien précis. Sans être vulgarisée, cette partie création donne un léger côté arcade et ne frustrera pas les néophytes. Bien vu.

Mais l’attrait de « Jurassic World » réside principalement dans ses dinosaures. Et sur ce point, personne ne sera déçu. Non seulement on compte un grand nombre d’espèces, mais tous sont remarquablement modélisés. Leurs caractères sont aussi travaillés et veiller à répondre au moindre de leurs caprices, pour que les carnivores n’aillent pas manger de l’humain devient un combat de tous les instants. Au plus on avance, au plus les problèmes arrivent et on en vient à grimper dans sa jeep ou dans son hélico pour rétablir l’ordre. Fortement articulé sur ces catastrophes, le jeu fait monter l’adrénaline. Petit conseil, dosez au mieux l’équilibre entre les branches science, divertissement et sécurité, de façon à vous appuyer sur des fondations solides, qui resteront toutefois précaires. Fun et addictif, le jeu prend une fois bouclé, une autre dimension avec l’arrivée du mode bac à sable, qui permet de laisser libre cours à son inventivité et de faire encore plus mumuse avec de dangereux prédateurs, génétiquement modifiés, cela va de soi. (Jeu testé sur PC)

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire