LA SWITCH A FOND LA CAISSE

12/12/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , , , ,

ROCKET LEAGUE

Impossible pour l’amateur vidéoludique d’être passé à côté de « Rocket League ». Véritable phénomène depuis son lancement en février 2016 sur le PS Plus, ce jeu hybride où des voitures s’amusent à jouer au football n’en finit plus d’attirer les foules par son accessibilité et sa convivialité. Après avoir envahi à peu près toutes les plateformes de salon du marché, Psyonix porte enfin son best-seller sur Switch. Version Idéale donc pour l’emporter partout avec soi et s’entrainer dans les transports en commun. Les fans seront d’autant plus comblés que le cross-plateforme, permettant de se confronter aux « leagueurs » qui sévissent sur PC ou X-One est à l’honneur. Les serveurs sont donc pleins et on trouve immédiatement une partie.

En dépit d’une technique en retrait, le titre reste fluide et se montre extrêmement complet. On retrouve la rapidité de ces matchs en arènes closes à pratiquer jusqu’à 8 (4 vs 4) en simultané. Simple à prendre en main, il exige toutefois de la patience pour dompter la physique du ballon et la conduite de son véhicule. La marge de progression est colossale et on conseillera aux nouveaux venus de se faire la main dans un championnat hors ligne, contre l’IA avant de se lancer dans la compet online. Avec ses nombreuses variantes, une foule d’options de customisation et l’arrivée de bolides estampillés Nintendo, ce Rocket League procure comme ses petites sœurs des sensations enivrantes et garantit nombre de fous rires. Déjà un classique. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

GEAR CLUB UNLIMITED

La PS4 a son « Gran Turismo », la X-One « Forza 7 » et la Switch possède désormais à côté de “Mario Kario Kart 8” son « Gear Club Unlimited ». Tout d’abord paru sur supports mobiles, le jeu de voiture d’Eden Games – développeurs du légendaire V-Rally – s’embellit et réussit son passage sur la petite dernière de Nintendo. Quelques petits réglages et hop, on se retrouve sur la piste dans des courses assez courtes mais diablement fun. En assumant parfaitement son orientation arcade, avec son lot de dérapages et une trentaine de bolides aux caractéristiques propres, les développeurs ont choisi d’aller à l’essentiel. Et les décors ont beau être sommaires, les tracés sont parfaitement étudiés avec leur lot de passages rapides puis de virages techniques. L’impression de vitesse est bonne et aucun ralentissement ne vient perturber les runs.

Le mode carrière est terriblement accrocheur. Là où la concurrence enchaîne les menus austères avant de vous propulser sur les pistes, « Gear Club Unlimited » s’appuie sur une carte du monde où l’on débloque des zones contenant elles-mêmes plusieurs championnats. Achat de nouveaux bolides chez le concessionnaire et amélioration du moteur ou des freins via différents ateliers mécaniques ponctuent une progression à la difficulté progressive. Amusant tout comme la possibilité de jouer en écran splitté jusqu’à quatre sur la même console, un concept convivial mais aujourd’hui finalement assez rare… (Jeu testé sur Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire