Le chaos de la Paris Games Week

31/10/13 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias, Société | Tags : , , ,

BXzfZodIcAAKinn

Il y a 48h, j’annonçais à Holden que le service presse de la Paris Games Week (PGW) avait refusé ma demande d’accréditation et m’empêcherait donc de vous faire un report “live” de ces 5 jours dédiés aux jeux vidéo. Aujourd’hui, quand je vois tout ce qui s’est passé Porte de Versailles, j’aurais presque envie de leur envoyer un mail de remerciements. Cette Paris Games Week est bien partie pour rester dans les mémoires et pour entacher sérieusement l’opinion que le tout venant se fait des gamers

ETAT DE SIEGE

Le 28 octobre, à deux jours de l’ouverture de cette nouvelle édition de la Paris Games Week, Activision annonçait la mise en place d’une distribution pour 500 “chanceux” d’un coffret prestige de Call of Duty : Ghosts.

“A l’occasion de l’édition 2013 de la Paris Games Week, Activision tient à remercier les plus grands fans de Call of Duty en offrant aux 500 premiers joueurs de Call of Duty: Gcall-of-duty-ghosts-artwo-5253eccbc0a6ahosts sur son stand le 30 octobre, l’édition Prestige du jeu sur Xbox 360 ou PS3 (dans la limite des stocks disponibles pour chaque plateforme).
Voici tout ce que vous devez savoir pour mettre toutes les chances de votre côté :
· Une file d’attente dédiée sera créée devant l’entrée de la Paris Games Week à partir de 8h le 30 octobre 2013 devant le Hall 3
· Les 500 premières personnes présentes dans cette file se verront remettre un bracelet qui attestera qu’elles font partie des gagnants.
· Sur le stand, elles devront fournir leurs coordonnées et pourront choisir entre une version Xbox 360 ou PlayStation 3 du jeu (dans la limite de 300 éditions Prestige de Call of Duty: Ghosts sur PlayStation 3 et 200 sur Xbox 360).
· Les éditions Prestige seront envoyées aux 500 heureux élus le 5 novembre 2013, jour de la sortie du jeu.

Pour prétendre à une édition Prestige de Call of Duty: Ghosts il faut :
 être âgé de 16 ans ou plus,
 être muni au préalable d’une entrée valide pour la Paris Games Week.
 adopter un comportement fair-play et respectueux des autres. En effet, Activision se réserve le droit d’exclure de cette activité toute personne ayant un comportement violent ou inadapté qui nuirait au bon déroulement.

C’EST LA  GUERRE !

BXzv6qcIgAA-mocLes fans les plus hardcores avaient prévu le coup en décidant de camper sur place. Premier problème, rien n’était prévu pour gérer leur présence de nuit, alors que le parc des expositions est fermé au public. Les plus sauvages n’ont pas hésité à passer outre et à enjamber et détruire les portes du parc. Bien chauds, ces premiers visiteurs – beaucoup plus nombreux que tout ce qu’avaient pronostiqué les organisateurs – se sont amassés devant l’entrée du salon. Le service d’ordre a été rapidement dépassé. Excédés, ses membres ont carrément pété un plomb en insultant et en menaçant le public. Lequel n’y est pas non plus allé de main morte : insultes, gestes violents, irrespect envers les lieux et les autres personnes… Entraînant ainsi écrasement des personnes contre les barrières et les vitres de la PGW, bagarres, dégradations des lieux et même des blessés, ainsi que quelques personnes choquées. Une intervention de la police et des pompiers a été nécessaire.

Un YouTuber, JDayBonus, a mis en ligne suivant l’évolution de l’événement dès la sortie du métro qui est d’ailleurs un brin flippante et laisse présager le pire. On y voit des jeunes courir sans se soucier des personnes qu’ils heurtent au passage, un service d’ordre tellement dépassé qu’il passe à l’attaque, des jeunes ne respectant rien ni personne, des personnes en détresse et un service de presse qui essaye de couvrir ses erreurs en tentant de censurer les images captées par le caméraman…

Pour la petite histoire, Activision avait déjà tenté l’expérience, il y a une semaine en Italie, lors de la Milan Games Week. Résultat : le stand du jeu a pratiquement été détruit par une horde incontrôlable, le tout se soldant par une émeute. Alors que n’importe quelle personne un brin sensée aurait retenu les leçons de ce premier fiasco, le patron d’Activision, David Neichel (qui porte aussi la casquette de Président du SELL, soit le big boss de la PGW) s’est dit que retenter le coup à Paris serait une bonne idée…

Il serait temps qu’il descende de sa pyramide de pognon pour prendre conscience que ce genre d’événement demande plus que quelques barrières, une dizaine d’agents de sécurité et une pseudo menace “En effet, Activision se réserve le droit d’exclure de cette activité toute personne ayant un comportement violent ou inadapté qui nuirait au bon déroulement.”, pour garantir que tout se déroulera pour le mieux.

Certes l’idée de base est sympathique, et aurait pu faire des heureux. Mais là c’est du grand n’importe quoi.

Dès l’annonce de cette distribution, on aurait pu lancer les paris sur l’échec de l’opération sans grandes difficultés. Et ce, sans pour autant viser Activision, la PGW ou les fans… Non car si aujourd’hui le bilan de l’opération s’avère catastrophique, c’est à la fois la faute de tout le monde et de personne. Enfin surtout de tout le monde. D’Activision et de la PGW pour un manque d’organisation et de sécurité, tout ça pour favoriser un coup de pub et vendre toujours plus d’entrées et de jeux, mais aussi d’une partie du public présent venu essentiellement pour essayer de piquer des jeux et trouver une excuse pour faire de la casse. C’est à cause de ce genre de personnes que les gamers (et les jeunes en général) ont mauvaise réputation et c’est pas en se comportant comme cela que les choses vont s’améliorer.

Excuses en bois

Ce matin, un post sur la page Facebook de la PGW n’a pas arrangé les choses :

“L’organisation de la Paris Games Week et Activision ont pris la mesure de l’engouement exceptionnel suscité par l’opération spéciale Call of Duty : Ghosts et l’ouverture du salon. Cette affluence a généré quelques mouvements de foule dans les heures précédant l’ouverture. Nous ne déplorons aucun blessé ni dégât.

Nous présentons toutes nos excuses aux personnes ayant subi ces mouvements de foule et pour le temps d’attente exceptionnel d’accès au salon.

La Paris Games Week vient d’ouvrir ses portes ce matin dans les conditions de sécurité optimales pour permettre aux gamers et aux familles de profiter pleinement de cette grande fête du jeu vidéo qu’est la Paris Games Week.”

Les commentaires des internautes montrent un réel ras le bol face à ce genre d’événements et surtout envers l’hypocrisie (enfin les mensonges) des organisateurs. Ce que ne dit pas non plus la vidéo ou les communiqués, c’est que une bonne partie des 500 exemplaires de jeu ont été distribués à des personnes possédant des pass VIP ou presse.

Si Activision pourra toujours tirer avantage de cette mauvaise pub pour montrer l’engouement et le succès de sa licence Call of Duty, pas sûre que la PGW ait autant de chance. De plus en plus critiqué par le public (stands trop petit, pas assez de consoles, trop d’attente, trop de monde…), ce fiasco pourrait bien lui coûter cher. Les internautes n’hésitent pas à affirmer leur dégoût pour ce salon et annoncent déjà qu’ils n’y remettront pas les pieds.

En ce qui nous concerne, on est bien content d’être resté chez nous !

Note d’Holden : [Mode troll] Cet article a été édité entre deux parties de Battlefield 4, car c’est bien connu, ceux qui ont du goût sont sur BF. Les hooligans sont sur COD. Et cet article en est la preuve ! [/Mode troll]

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire