LE PLEIN DE PLAYLINK

17/12/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Petit à petit, la gamme Playlink s’agrandit, au point de disposeraujourd’hui d’un solide catalogue. Pour rappel le concept lancé il y a deux anspar Sony a la particularité de vous faire jouer à votre PS4 à partir de vossmartphones. Et si chaque jeu est payant à l’acquisition – une vingtaine d’eurosà l’unité -, l’application de contrôle est disponible gratuitement sur Ios etAndroid. L’intérêt est réel puisqu’on peut ainsi s’amuser à quatre joueurs sansêtre forcé d’acheter des manettes supplémentaires. La connexion se faitrapidement et les commandes, souvent très simples, font que toute la famillepeut participer. Nul besoin d’être gamer, donc. Les nouveautés pour ce Noël2018 font dans le convivial et sont pensées pour des parties à durée modérée.Pas de série interactive comme « Hidden agenda » donc… ce qui n’empêchepas la qualité d’être au rendez-vous.

KNOWLEDGE IS POWER : GENERATIONS

Déjà remarqué lors de sa première sortie, le quizz « Knowledge ispower » revient dans un opus baptisé « Générations ». Entendezpar là que vous devez désormais étaler votre connaissance en termes de pop cultureen brassant au choix les années 1980 / 90 / 2000 et 2010. Les questions sontnombreuses, variées et ont le bon goût de ne pas tomber dans l’élitisme. Dansles dernières manches, tout est souvent question de rapidité et de réflexes.Pour remporter la mise on « offre » aussi des malus (réponses cachées,verrouillées…) à ses adversaires en espérant ne pas être pris à son tour commebouc émissaire. D’où un titre fun et frais qui pêche juste par le manque decharisme des personnages virtuels, qui n’arrivent pas à la cheville du célèbreBuzz.

CHIMPARTY

Par son aspect coloré, « Chimparty » se présente sous laforme… d’un Party games comme les affectionne un certain Mario. On progresse decase en case en gagnant des mini-jeux tous plus loufoques les uns que lesautres. Les chimpanzés, cela va de soi n’étant pas avares en singeries… Eviterd’être remarqué, jouer un drôle de match, sauter dans tous les sens… L’originalitéest là… mais l’ensemble pêche par des contrôles approximatifs. On est souventobligé de composer avec la physique, assez capricieuse et la chance joue unrôle majeur, surtout qu’on n’est pas entièrement libre de ses déplacements.Dommage, il y avait de quoi séduire les plus jeunes…

TICKET TO RIDE

L’arrivée la plus notable concerne « Ticket to Ride – les aventuriers du rail ». Le célèbre jeu de plateau d’Alan R. Moon se prête extrêmement bien au concept Playlink. Les règles sont simples : chaque joueur dispose de trajets à effectuer et de cartes wagons colorés. A lui de rejoindre les destinations tirées au sort en sélectionnant les bonnes routes… tout en prenant soin de ne pas trop dévoiler sa stratégie pour ne pas que les autres voyageurs lui piquent son chemin. Fourni avec deux cartes : les USA et notre cher Hexagone (inédit sur les autres plateformes), on a de quoi s’amuser… un temps ! Pour étoffer l’offre et profiter par exemple les variantes Europe, qui complique largement la donne avec ses nombreux embranchements et Mega, plus souple avec différents bonus à la clé, il est nécessaire de repasser à la caisse. On conseillera aussi la Scandinavie, spécialement conçue pour des parties à deux. Au final posséder l’intégrale revient une cinquantaine d’euros, soit le prix d’un seul jeu en format classique. Seul hic ergonomique, la carte n’apparaît pas sur son smartphone quand vient le tour des autres gamers, ce qui demande de « jongler » entre les deux écrans pour anticiper son prochain mouvement. (Jeux testés sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire