Le Tao de Vie de Merde

18/05/09 par  |  publié dans : Internet, Médias

Depuis bientôt 2 ans, le site Vie de merde, alimenté par les internautes, dévoile les petits embarras et les scènes ridicules du quotidien. Les anecdotes débutent toutes par “Aujourd’hui… en terminant par “VDM” pour Vie De Merde et sont classées par thèmes, Amour, Argent, Enfants, Travail, Santé, Sexe ou Inclassable. Ça donne des choses du style :

“Aujourd’hui, je fais l’amour avec ma copine, dans sa chambre, chez ses parents. Comme d’hab’, son grand frère entre sans frapper, ma copine se jette sur le côté et… emporte la couette. Je suis devant lui, à poil, avec le barreau, au milieu du lit. Grand moment de solitude. VDM”

Un pur produit du web 2.0, que l’anonymat et la normalisation des anecdotes (300 caractères max) éloignent cependant du web poubelle. Ils sont nombreux à avoir souligné le caractère cathartique de ces posts, des choses qui peuvent ou qui ont pu nous arriver, des tuiles honteuses, des crasses hallucinantes ou des bourdes gentillettes promptes à nous rassurer sur nos propres faiblesses. Nous sommes tous humains après tout, et nous le valons bien. C’est aussi et tout simplement très rigolo, dans le genre humour noir. Les mêmes types d’anecdotes reviennent souvent – alibis pour sécher le boulot découverts par le boss, vérités nues déclamées par les enfants, chèques ou billets égarés, 5 à 7 qui tournent mal, jeux amoureux contrariés, cocufiages… d’autres en revanche sont beaucoup plus folklos.

Il est impossible de savoir si tout est vrai mais il est fort à parier qu’il y a peu de bobards. C’est fou, la vie. Ils sont des centaines, des milliers à avoir posté leurs petits malheurs. Le site s’est depuis peu doté d’une version anglo-saxonne (fuckmylife) qui cartonne aux États-Unis avec des pics à 1,5 millions de visites journalières. C’est là, une nuit d’insomnie, que je me suis aperçu que le concept nous tendait un miroir plus large qu’il n’y paraît. D’un continent à un autre, les soucis sont du même ordre, mais on peut néanmoins distinguer des particularités intéressantes – notamment à la rubrique “sex”. Sans prétention aucune – mais avec un petit peu d’anti-américanisme primaire gratuit – ce qui suit permet une petite sociologie sommaire de “Fuck My Life”

“Aujourd’hui, je regardais mes recommandations [automatiques] sur Amazon, qui incluaient plusieurs vibromasseurs. Quelques jours plutôt j’avais consulté des livres sur comment gérer son agressivité. Amazon pense que j’ai besoin de tirer un coup, Fuck my life”

La gestion de l’agressivité en société [anger management] est une tarte à la crème psychothérapeutique dont les ravages se font surtout sentir aux US. Les recommandations Amazon qui tournent vraies, là, c’est du 3.0…

“Aujourd’hui, ma grand-mère m’a fait la leçon sur l’abstinence jusqu’au mariage. Vu que je suis du genre honnête, je lui ai dit que je n’étais plus vierge. Au lien de s’énerver et de me dire que j’irai en enfer, elle m’a demandé ce que je préférais au lit. Puis m’a raconté ce qu’elle aimait elle. En détails”.

L’hypocrisie puritaine dans toute sa splendeur. Comment ? Ça marche aussi chez les cathos ?

“Aujourd’hui, j’ai allumé mon ordinateur pour consulter une vidéo dans ma réserve porno secrète. Mais tout avait disparu sauf mon fichier préféré. Croyant qu’un virus avait tout effacé, j’étais reconnaissant que mon fichier préféré avait survécu. Quand je l’ai ouvert, j’ai pu voir une vidéo de mes parents en train de me dire de ne pas me masturber”.

“Aujourd’hui, ma grand-mère très religieuse m’a grillé en train de me masturber. Elle m’envoie en Bible Camp”.

Il faut vraiment être stupide pour interdire à un ado de se masturber. Autant vouloir lui interdire de respirer. Quant à lui révéler de manière aussi abrupte qu’on a trouvé son porno, c’est de la cruauté à l’état pur. A propos du Bible camp, lire la fin de cette chronique DVD par Sabrina et louer le film d’urgence. Ça fait peur.

“Aujourd’hui, ma grand-mère m’a fait la leçon sur l’abstinence. Je pensais qu’elle était déjà repartie chez elle en Floride quand elle est rentrée dans ma chambre pour me dire combien elle était fière que je garde ma virginité. J’étais en train de le faire en levrette avec mon copain”.

L’abstinence, l’abstinence, l’abstinence, zéro cours d’éducation sexuelle… résultat, on ne s’étonne pas de trouver ça :

“Aujourd’hui, mon petit copain et moi on l’a fait pour la première fois. Après ce qui m’a semblé une éternité, il m’a pénétrée, s’est arrêté et m’a demandé : “Qu’est-ce que je fais maintenant ?”

et ça :

“Aujourd’hui, j’ai décidé de le faire pour la première fois avec mon copain. C’était sa première à lui aussi. Au lit, il a marqué un temps d’arrêt et il a sorti un bout de papier de ses poches. En fait, il avait écrit des trucs sur comment s’y prendre au lit, et il avait oublié ce qu’il fallait faire ensuite”.

Pire que le flagrant délit de porno ou de branlette : les parents tarés à la Carrie de Stephen King :

“Aujourd’hui, j’ai voulu prendre un préservatif car mon petit copain et moi allions le faire pour la première fois. Quand j’ai ouvert le tiroir, j’ai vu que chaque préservatif était troué par des pin’s Jésus, avec un mot sur la boîte qui disait “Bisous. Maman.”.

Ouahou, pour une première fois, voilà de quoi la haïr, la maman. Brillante démonstration d’intelligence. Les ados pleins d’hormones, si on en a l’occasion, faut leur expliquer certaines choses, ok, mais pas les brimer. Sinon, on en fait des cons refoulés en puissance :

Aujourd’hui, cette fille et moi on était cool dans mon appartement quand on a commencé à se chauffer. Une chose en entraînant une autre, elle a commencé à m’entreprendre. J’étais sur le point d’exploser quand elle s’est arrêtée, m’a regardé droit dans les yeux et m’a demandé : “Est-ce que tu crois en Jésus ?”.

Tellement déboussolés que certains ne considèrent pas la fellation comme un acte sexuel (c’est le sens de ce post), merci Clinton !

“Aujourd’hui je parlais de sexe avec mon petit copain de 4 ans. J’ai toujours voulu attendre jusqu’au mariage mais mon copain m’a convaincue du contraire et on l’a fait. Une fois qu’on a eu fini, il m’a dit qu’il pourrait jamais se marier avec moi parce que je n’étais plus pure”.

Et encore :

Aujourd’hui, alors que j’étais en pleine action avec mon copain, il a brusquement quitté ma chambre sans me dire où il allait. Quelques heures plus tard, il m’a envoyé un texto pour me dire que le faire avec moi lui faisait se sentir sale et qu’il était allé se confesser. Il m’a ensuite traitée de pécheresse”.

Etc, etc, vous voyez ce que je veux dire. Je suis sûr qu’en cherchant un peu on peut trouver d’autres particularités sur tout plein de sujets. Heureusement il reste de l’espoir, certains ne sont pas aussi perturbés et prennent les choses avec philosophie, comme on le dit au journal de 13 h :

“Aujourd’hui, j’ai parlé à ma mère de mon choix d’attendre jusqu’au mariage pour le sexe. Issue d’une famille très chrétienne, j’ai pensé qu’elle serait fière. A la place elle a rigolé et m’a dit : “C’est ça ton excuse pour ne pas arriver à te faire passer dessus ?” avant de sortir de la chambre”.

J’attends maintenant la version Hindoue de VDM, pour savoir si les Indiennes mettent Vishnu dans leur lit entre leurs jules et elles.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

2 commentaires

    Bertrand  | 27/05/09 à 3 h 56 min

  • “pécheuse” ? Ca ne serait pas pécheresse, plutôt ?
    Dommage que la majeure partie de l’article repose à 75% sur des messages liés au sexe. Il y a parfois des réflexions beaucoup plus embarassantes comme celle du “yellow boy”…

  • H  | 27/05/09 à 16 h 11 min

  • Exact. Au moins un qui suit, merci !

    Il y aurait eu matière à approfondir, en effet, je pense à faire un autre article.

Laisser un commentaire