LIFE IS STRANGE 2

09/10/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Alors qu’elles étaient à la mode il y a encore quelques mois, les séries vidéoludiques marquent le pas. L’annonce de la fermeture de Telltale, spécialiste de ces histoires à choix multiples risque de rarifier encore ce type de propositions. Même « Hitman » qui avait opté pour ce format verra son opus 2 être distribué sous la forme d’un AAA complet. Reste quelques productions made in France, « The Council » développé par Big Bad Wolf et donc « Life is strange » signé Dontnod Entertainement.

Suite au succès de la première saison qui mettait en scène Max, le studio ne s’est pas penché sur le spin off « Beyond the storm » pour se concentrer sur « Vampyr » et donc sur ce véritable second volet, qui nous fait traverser l’Amérique en compagnie de deux nouveaux personnages. Votre héros, un ado -récurrence de la saga – se nomme Sean. Il vit à Seattle et se prépare pour une fête du samedi soir, où il espère bien conclure avec une belle. C’est à ce moment qu’un drame éclate et qu’il se retrouve à fuir la ville en compagnie de son petit frère, Daniel, neuf ans, avec lequel les relations sont tendues…

Commence alors un voyage vers le Mexique, pays de leur défunt père. Le prétexte à une quête initiatique. Entre phases de dialogues avec des choix moraux et l’éducation que vous donnerez à votre cadet, lequel dispose de certains pouvoirs, on est happé par le récit. Les caractères sont travaillés et les thèmes abordés touchent avec justesse des sujets sensibles. Les Etats-Unis y sont vus comme une terre où la liberté s’effondre, ce qui contraste avec cette jeunesse qui n’aspire qu’à la vie.

Accompagné d’un rendu graphique sympathique, cet épisode 1 (sur 5) se vit d’une traite pendant près de trois heures et donne bigrement envie de connaître la suite. L’interface est claire et la faculté de parsemer le road trip de petits moments suspendus : on voit Sean dessiner, consulter son smartphone, rechercher des documents laissés dans son sac à dos, rend l’ensemble crédible. Même constat en ce qui concerne les doublages (en anglais) et la traduction (en français) des dialogues. Le signe d’un travail soigné, méticuleux, s’attachant à nous procurer des émotions, sans les provoquer outre mesure. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire