MEGAMAN X LEGACY COLLECTION 1 & 2

29/07/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Mega Man fait indéniablement partie de l’histoire du jeu vidéo. En poussant un peu, on pourrait même dire que le petit robot s’est imposé comme la mascotte de Capcom. Aussi en attendant l’arrivée début octobre de sa 11e aventure « classique » quoi de mieux que de revivre certaines de ses péripéties les plus marquantes ? L’arrivée de cette « X Legacy Collection », découpée en deux volumes, permet justement de se (re)plonger dans ces classiques de la plateforme-action. Et de constater que la plupart des aventures n’ont pas pris une ride.

Chacune des compil’s contient quatre jeux. Vendues une vingtaine d’euros à l’unité, le tarif d’entrée est donc plus qu’honorable…. Surtout que la boite nippone n’a pas lésiné une nouvelle fois sur les bonus. Musée, mode challenge contre des boss, filtres graphiques et un mode débutant qui limite grandement les dégâts subis… Idéal pour s’initier au genre, même s’il faut quand même composer avec les morts causées par les chutes et les nombreux pièges. Certes il manque une fonction « Rewind » et passer en 16/9 déforme l’image au point de dénaturer complétement l’expérience, mais le travail effectué est vraiment propre.

Contrairement aux Megaman traditionnels, la version X connait quelques ajouts appréciables. A commencer par la possibilité de prendre appui sur des murs pour les escalader. La fonction Dash, qui facilite le déplacement rapide sur de courtes distances fait des étincelles et la présence de Zéro, son ami à l’armure rouge, présent dès X1 mais jouable à partir de X3, varie le gameplay. Les trois premiers opus, sortis sur la Super Nintendo sont d’une solidité à toute épreuve. Le level design aux petits oignons et la difficulté élevée mais jamais rédhibitoire est appréciable. Quant aux graphismes 2D, ils font toujours leur petit effet. indémodables.

Les volets 4, 5,6, parus sur PSone et les deux derniers sur PS2 sont dispensables mais restent dignes d’intérêt. Ils témoignent des mœurs de l’époque, avec un virage amorcé par l’industrie au début 2000 vers les polygones en 3D et une envie de développer la narration. L’idée est louable mais le rythme, surtout vers la fin, en pâtit. Reste qu’à l’image de X8 ils essaient d’apporter de la variété avec certains personnages jouables plus orientés beat’em all que shooter. On n’y reviendra pas forcément une fois le jeu bouclé, mais tout gamer se doit de les parcourir pour parfaire sa culture vidéoludique.

Tous possèdent cependant ce point commun qui a grandement participé au succès de la série. A savoir cette liberté d’aller affronter les boss dans l’ordre de son choix. Barre de vie à améliorer, pouvoirs à récupérer, différents environnements à explorer… Il y a vraiment de quoi faire. Dans un souci de conserver à minima l’esprit old-school, les sauvegardes ne peuvent se faire qu’entre chaque niveau, et non pas à la volée. Les plus impatients ou les moins doués se tourneront vers les mots de passe. Un petit blocage, un petit tour sur un site de soluce et hop, le tour est joué ! Comme quoi, recycler des anciennes formules, parfois, ça a du bon ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire