MONSTER HUNTER WORLD

04/02/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Véritable phénomène au Japon et souvent cantonnée au format portable, la série des « Monster Hunter » fait peau neuve avec la sortie d’un nouvel épisode dédié aux consoles de salon. Une refonte du système, axé sur une plus grande accessibilité pour un succès qui ne désemplit pas. Avec près de 1,5 millions d’exemplaires physiques vendus lors de son lancement sur son territoire de prédilection, Capcom a visé juste… et s’adapte aux AAA modernes capables de séduire le public occidental. Pas un hasard s’il a aussi répondu présent.

Il ne faut pas s’y tromper : sous ses airs de simple jeu de chasse orienté coopération, « Monster Hunter World » est d’ores et déjà un indispensable de la PS4. La formule est limpide. Depuis une petite bourgade, on accepte une succession de missions dont le but est de tuer ou capturer des bestioles, de plus en plus féroces. Une fois le contrat validé, voilà son avatar, auparavant crée à partir d’un éditeur très pointu, propulsé dans l’une des cinq grandes régions du jeu. Là où se cache sa proie.

En abolissant les temps de chargement, en simplifiant la récolte d’ingrédients nécessaires pour améliorer son équipement et en affichant désormais les dégâts causés, le périple devient moins haché que par le passé. Il n’en demeure pas moins exigeant. D’une part car avant de penser occire chaque créature – leur design est splendide – il faut se préparer, choisir son arme, ses pièges, ses potions et d’autre part car suivre la piste des monstres n’est pas de tout repos. Chaque endroit visité a sa propre identité, une faune et une flore spécifique. L’écosystème vivant, éblouit le gamer qui doit sans cesse rester sur ses gardes.

Dans le feu de l’action, mieux vaut maitriser son arsenal. Arc, arbalète pour ceux qui aiment tirer à distance – gameplay grandement amélioré sur ce point -, combo épée / bouclier ou double dague pour les férus de l’approche classique, lent marteau pour les adeptes de stratégie bourrine ou insecto-glaive pour ceux qui préfèrent tuer avec style en virevoltant dans les airs… Il y en a pour tous les goûts et on conseillera de passer par la case entraînement avant de partir à l’aventure. Très techniques et souvent longs, les duels se déroulent sur plusieurs dizaines de minutes. Heureusement en cas de blocage, les solitaires pourront envoyer une fusée de détresse. Rapidement d’autres aventuriers viendront vous prêter main forte. Sympa même si le must reste de se créer un groupe complémentaire avec ses amis. En somme seul c’est bien, à plusieurs, c’est encore mieux.

Dynamique, long, beau, multiple dans ses approches et doté d’un scénario sympathique, « Monster Hunter World » réussit le sans faute. Tout juste pourra-t-on lui reprocher une fluidité parfois défaillante quand une grosse bête s’invite à la fête. La preuve d’un jeu hors norme… qui est peut-être en avance sur son temps…. Mais qui devrait mettre tout le monde d’accord à l’automne, lorsque la version PC déboulera en grande pompe (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire