NBA 2K20

12/09/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Les gouttes de sueur sur le front, les lumières qui se reflètent sur le parquet et dix grands sportifs prêts à en découdre… Pas de doute, « NBA 2K » fait sa rentrée dans un opus 20 sous-titré « Welcome to the next ». En témoigne la volonté d’amorcer un nouveau départ tout en faisant le bilan du pas franchi lors de cette génération de console. Et sans surprise, celui-ci est plus que positif.

Contrairement à la concurrence, les développeurs étaient déjà au rendez vous fin 2013 avec un titre à la réalisation digne des PS4 et Xbox One qui venaient tout juste de débarquer dans les rayons. Pas de temps à perdre donc, mais la volonté de poser des bases solides à peaufiner au fil des ans. Avec l’arrivée d’aventures scénarisées, du quartier destiné au multi ou encore de MyTeam, avec son système de cartes à collectionner les promesses ont été tenues. Des modes qui sont successivement venus s’ajouter à la carrière de Manager, toujours aussi chronophage.

Sans révolutionner la formule, « NBA 2K20 » l’améliore à tous les niveaux. Sur le parquet, c’est un poil plus fin et dynamique, avec des stars parfaitement modélisées. L’ambiance du public est toujours aussi bouillante et les commentaires – en anglais – pleins d’entrain. L’ajout de nouveaux dribbles satisfera les puristes… Les rookies devront par contre apprendre à composer avec un système de tir parfois punitif, où à niveau moyennement élevé, certaines idoles manquent des paniers tout fait… Un petit hic qui se balade d’opus en opus et sur lequel il serait bon de se pencher. Les défenses ayant été grandement améliorées, tout comme le jeu sans ballon, le titre est aussi plus difficile que son prédécesseur. Petit conseil, ne négligez pas l’importance des Pivots, au rôle crucial dans cette version.

Baptisé « Sous le feu des projecteurs », l’histoire nous place dans la peau de « Che », un étudiant qui quitte subitement son collège pour contester une décision du coach (interprété par Idris Elba) d’enlever la bourse d’un coéquipier blessé. Relation avec l’agent, choix du sponsor, mini-jeux pour faire monter sa cote avant la Draft, prouver ses capacités afin d’obtenir du temps sur le parquet seront le lot professionnel quotidien. Pas si simple à gérer mentalement vu que l’ancien entraineur ne tarde pas à prendre les rennes du nouveau club de notre protégé. Bien réalisé et ponctué de séquences en présence de certains maîtres du basket, la formule accroche. Vraiment efficace. Le système de progression est pour sa part plus rapide. De quoi éviter le farm à outrance.

Une fois propulsé dans le Neighborhood / Quartier – enrichi avec des petits à côtés sympathiques tel le Disc Golf – on retrouve ses marques. L’aspect communautaire est toujours poussé mais ce hub social est encore sujet à de petits bugs, avec une tendance parfois à ramer. 2K promet cependant de mettre à jour son bébé régulièrement, ce qui devrait rapidement régler le problème. Pour les amoureux de basket adeptes de matchs simples ou de play-off endiablés, des nouvelles équipes de All-Stars (par décennies ont été ajoutées). On signalera aussi l’arrivée de la WNBA, le basket féminin, qui propose une autre approche, plus souple, de la discipline.

Constamment actualisé, « Myteam » invite toujours les gamers à ouvrir des paquets de cartes avec de la monnaie virtuelle… ou réelle. On n’échappe pas au déséquilibre « Pay to win » mais remplir régulièrement les différents challenges proposés permet toutefois de composer une équipe correcte.  L’arrivée des cartes évolutives (marquer un nombre de points donné lors d’un seul match, accumuler des dunks, des rebonds…) est un vrai plus pour un mode de jeu calibré pour satisfaire aussi bien les adeptes de e-sport avec son énorme cash prize que les joueurs occasionnels, qui s’amuseront à défier toutes les équipes en mode domination ou en 3 vs 3. D’où une mouture pas révolutionnaire mais complète parfaite pour nous faire patienter jusqu’à l’arrivée – sans doute en 2020 – des PS5 et X-Box Scarlett, où 2K cherchera sans doute à franchir (encore) un nouveau cap. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire