NBA LIVE 19

16/09/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

En matière de sport, seule la vérité du terrain compte. Et pour EA également. En situation de monopole sur le Foot Us « Madden », le Hockey « Nfl », largement dominateur sur le foot « Fifa », le basket via « Nba Live » fait cependant figure d’outsider face à l’ogre « Nba 2k ». Au point que la boîte californienne avait même fait l’impasse sur sa simu pendant une longue période pour mieux revenir dans la course. Et après quelques épisodes décevants, le come-back eut véritablement lieu l’an dernier… et se confirme cet automne dans un opus 2019 accrocheur.

On ne fera pas durer le suspens plus longtemps. Le gamer qui cherche un titre exigeant se tournera vers la concurrence. Un mal ? Pas vraiment… L’envie d’EA sports est de séduire l’amateur de basket, qui aime la discipline sans en être accro. Avec ses animations fluides, sa vitesse de jeu, sa prise en main rapide et une tolérance plus grande vis-à-vis de shoots contestés, le titre est idéal pour s’amuser et se tirer la bourre entre potes, offline ou online. En mettant l’accent sur le côté spectaculaire de la discipline, sur les contres qui tapent et les dunks qui claquent, les développeurs ont vu juste.

Mais le principal atout de « NBA Live 19 » reste son mode l’Elu. Sorti du lycée, vous enchaînez les matchs en Street puis en NBA avec l’espoir de vous faire un nom puis de devenir une légende. On crée donc de toute pièce son joueur… ou sa joueuse ! Car oui, certains matchs sont mixtes. Dans le gameplay, ça ne change pas grand-chose, mais on ne peut que se féliciter d’un tel ajout. Il apporte une bonne dose de fraîcheur. Après chaque match, selon ses performances, on récolte des points de hype, d’expérience, des sous-sous virtuels pour mieux personnaliser ses habits… ou son terrain. On peut même glaner des joueurs pour renforcer son équipe ! Quant au manager, il envoie régulièrement des messages sur votre smartphones. Les réponses forgeront votre personnalité en plus d’octroyer différents bonus.

L’Elu va à l’essentiel. On enchaîne les duels aux quatre coins du monde. Les atmosphères changent radicalement. Vraiment sympathique de passer de Paris aux Philippines en un instant en côtoyant quelques stars. Des parties plus classiques sont aussi à l’ordre du jour comme le championnat et le Ultimate team, qui comme dans « Fifa » fonctionne par achat de packs de cartes. Avec ses défis et ses rencontres « fantasy », il y a là encore de quoi faire. Reste à EA à parfaire l’aspect physique – on ne ressent pas toujours les différences entre les gabarits – et les commentaires, en déca. Pas un hasard s’ils sont désactivés par défaut… (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire