NI NO KUNI 2 : REVENANT KINGDOM

26/03/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Il y a cinq ans presque jour pour jour, Bandai Namco chouchoutait à la fois les amateurs de J-RPG et de Japanime avec la sortie européenne de « Ni No Kuni ». Le style graphique manga, chapeauté par l’illustre studio Ghibli cher à Hayao Miyazaki associé à une variante de « Pokemon » et à l’histoire d’un enfant orphelin participait à l’immersion. Ancré dans un certain classicisme et ponctué de sautes de rythme, le résultat n’était toutefois pas pleinement concluant. Des manques en grande partie comblés dans ce second volet, qui il faut le signaler, raconte un tout autre périple.

Même si l’esthétique est similaire, malgré le départ des papas de « Princesse Mononoke », il ne s’agit donc pas d’une suite. On se retrouve en compagnie d’un nouveau duo formé par Roland, un diplomate venu de notre monde et d’Evan un jeune prince victime d’un coup d’état des méchants rats à l’instant où il allait devenir roi. La fuite est inévitable… mais permettra aux compères de rencontrer quelques alliés dont de nombreux pirates, avant de penser à créer une nouvelle cité… qu’il faudra agrandir dans le but d’établir un règne capable de donner « des millions de sourires » à la population. Un parti pris volontairement naïf, peut être trop, qu’il convient d’accepter avant de se lancer dans cette aventure haute en couleur, qui malgré ce choix, traite en toile de fond des conflits géopolitiques. Découpé en chapitre et assez linéaire, le scénario vaut essentiellement pour la quête personnelle de nos héros. Heureusement, le gameplay extrêmement riche fait que l’on traverse des grottes, forêts et autres montagnes avec entrain.

A l’ordre du jour, montée en level, équipements à glaner et de nombreux combats. Ces derniers se distinguent à deux catégories. A commencer par des affrontements en temps réel où on dirige un leader accompagné de deux acolytes gérés par l’IA. Coup faible, coup fort, magie, tir à distance, la mécanique est huilée et extrêmement dynamique. La gestion des mousses, petites créatures que l’on débloque au fil de la progression, permet de déclencher un sort dévastateur et la présence d’un outil permettant d’équilibrer ses forces et faiblesses apportent un brin d’originalité au concept. La seconde phase emprunte à la stratégie avec le déplacement de troupes armées. L’objectif est alors de faire rebrousser chemin à l’envahisseur en motivant ses soldats. Partie tactique sympathique, accessible et parfaitement insérée dans l’univers.

Des mécaniques qui s’imbriquent parfaitement dans la progression. On ne s’ennuie donc pas lors de la grosse trentaine d’heures nécessaires pour voir le générique de fin défiler. A la fois hommage aux jeux de rôles 16 bits dans son ambiance, ponctué de multiples références, bercé par de douces musiques entrainantes et facile dans son approche pour séduire de nouveaux joueurs – même si la difficulté monte d’un cran dans la dernière ligne droite -, ce « Nino Kuni 2 » est un bol d’air frais dont on aurait tort de se priver si on aime à minima le genre. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire