PREDATOR HUNTING GROUNDS

22/05/20 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Malgré son échec commercial, « Evolve » a donné des idées à de nombreux développeurs. Si bien que ces derniers temps, les jeux multi-joueurs asymétriques se sont multipliés. Récemment « Resident Evil » et « Doom » s’y sont même essayés. Dans son optique de transposer sous cette forme des films d’horreurs, le studio américain IIIFonic, qui avait déjà signé « Vendredi 13 » vous invite désormais à vous glisser dans la peau du Predator… ou de ses victimes… Le titre se jouant uniquement à 1 contre 4.

Mieux vaut donc aimer le concept… et on conseille, à ceux qui souhaitent incarner les soldats, de jouer entre amis pour une meilleure collaboration. N’espérez pas vous faire la main en solo contre des bots. Passé un très bref didacticiel, on plonge immédiatement dans la jungle. C’est direct certes, mais un peu sommaire. Et comme seulement trois cartes sont proposées, l’ensemble manque de variété pour tenir en haleine sur le long terme.

Que l’on incarne une des proies ou le chasseur, les astuces pour remporter la partie sont nombreuses… Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, faire vaincre le Prédator n’est pas de tout repos. Les membres du commando sont en effet armés jusqu’aux dents, disposent de grenades et de leurres, se camouflent dans la boue, se restaurent mutuellement la santé et peuvent faire appel à des mercenaires contrôlés par l’IA ! En plus de maîtriser la furtivité et d’avoir une vision thermique infrarouge, le Prédator dispose pour sa part d’une capacité dernier souffle, pour doper sa puissance quand il est en danger. Il a également la faculté de monter sur les arbres avant de sauter de branche en branche pour surprendre ses ennemis.

Sympathique pendant quelques heures « Hunting Ground » devient vite répétitif. Quelques objets cosmétiques à débloquer gonflent la durée de vie, mais c’est peu, très peu… Qui plus est la technique n’est pas le point fort du soft. Graphiquement, c’est plutôt pauvre. Des effets de clipping sont à déplorer et la fluidité n’est pas optimale. Difficile donc de le conseiller si on n’est pas fan de la licence chère à Schwarzy. (Jeu testé sur PS4 Pro, également disponible sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire