Programme varié pour l’été

31/07/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , ,

CARS 3

Flash Mc Queen est de retour. Toujours avide de compétition malgré l’arrivée d’une concurrence biberonnée à la technologie, le bolide rouge s’appuie sur ses valeurs pour rivaliser. Loin d’être simplement opportuniste, la sortie de cette adaptation vidéoludique est une véritable surprise, propre à ravir un public familial. Bien entendu, on reste en retrait niveau fun du ténor « Mario Kart » mais l’alternative en dépit de graphismes en deça est séduisante. Avec plusieurs niveaux de difficulté et une conduite qui met à l’honneur les dérapages, les poussettes et les figures aériennes, le jeu procure de vraies sensations. Facile à prendre en main : les tout petits s’amuseront directement avec Martin, Doc ou les autres héros, « Cars 3 » possède une solide marge de progression. La persévérance sera par contre de rigueur pour tout boucler à 100%. La durée de vie est excellente. En sus de la carrière, on note en effet plusieurs variantes de courses (cascades, avec armes, sans armes), des battles et 130 défis à remplir… sans compter des parties à 4 en écran splitté devant la même console. Là encore, les configurations sont nombreuses et les crises de rires garanties. Très amusant donc et fidèle à l’esprit de la série, y compris dans le choix des circuits qui prennent place dans des lieux emblématiques de la saga. Dommage qu’en contre partie le doublage ne soit pas assuré par Guillaume Canet et Cécile de France, comme c’est pourtant le cas dans l’animé. (Jeu testé sur PS4 Pro)

SHADOW TACTICS : BLADE OF THE SHOGUN

Disponible sur PC depuis la fin de l’année dernière, « STBOTS » nous avait séduit par ses possibilités stratégiques et sa représentation du japon de l’ère des samouraïs. C’est donc avec un grand plaisir qu’on le voit cet été débarquer sur nos consoles. Pointe de méfiance cependant : le genre a pour habitude de plus se prêter au combo clavier / souris qu’au pad. C’était sans compter sur l’ingéniosité des développeurs allemands de Mimimi qui s’en tirent avec les honneurs sur la jouabilité. L’interface est lisible et la Dualshock est parfaitement mise en contribution grâce à une savante utilisation des boutons gâchettes, de la croix directionnelle et du pavé central, qui permet de sauvegarder à la volée. Une fonction indispensable tant il faut réellement faire preuve de stratégie pour mener à bien les missions. Infiltration et discrétion sont les maîtres mots des ninjas, qui doivent ici user de ruses pour parvenir à leurs fins. Le saké permet par exemple de distraire certains ennemis, une attaque tournoyante est pratique pour prendre un groupe à revers et une approche par les toits est toujours efficace pour jauger de la situation. Résultat, malgré un niveau de difficulté situé dans la moyenne haute, on a toujours envie d’aller de l’avant. Surtout que les personnages sont bien campés et la représentation de l’époque hyper attractive. Bilan extrêmement positif donc, à l’exception des temps de chargements, trop marqués, qui coupent un peu le gamer dans son élan. (Jeu testé sur PS4 Pro)

GET EVEN

De « Outlast » à « Resident Evil 7 » Les jeux d’horreurs en vue subjective ont le vent en poupe ! Annoncé depuis plusieurs années, « Get even » tente lui aussi de s’engouffrer dans cette voie en s’appuyant sur son enquête et la qualité de son histoire pour vous tenir en haleine durant une dizaine d’heures. Bien qu’il soit un ancien soldat, Cole Black est aujourd’hui amnésique… et prisonnier d’un asile psychiatrique. En l’occurence votre principal terrain d’exploration. Dans une atmosphère inquiétante, volontairement grisâtre avec de jolis dégradés, il faut fouiller chaque pièce de fond en comble et scanner le moindre objet. Ce n’est en effet qu’à ce prix que vous pourrez revivre vos souvenirs et en apprendre plus sur votre tragique situation. Immersif, le titre de Farm 51 se montre par contre moins convaincant dans sa partie action, en retrait certes, mais assez sommaire. Le rythme s’en ressent. Reste au final un jeu différent et porté par une direction artistique de premier plan, magnifiée par une bande son symphonique toujours appropriée avec les situations rencontrées. A vivre comme une expérience interactive. (Jeu testé sur Xbox One S)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire