PROJECT CARS 2

02/10/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Dur en cette fin d’année de choisir une simulation automobile tant l’offre est pléthorique. En attendant les exclus « Gran Turismo » et « Forza », respectivement sur PS4 et Xbox One, « Project Cars 2 » déboule à toute vitesse venant concurrencer les jeux de rallye « Dirt 4 » et « Wrc 7 » un excellent « Formula One 2017 » et le futur « Need For Speed ; Payback». A multiplier les styles de pilotages, le titre de Bandai Namco décuple le plaisir et arrive tel un ténor à s’imposer pour peu qu’on s’y investisse.

Oubliez l’approche arcade. Fidèle à son prédécesseur, « Project Cars 2 » cherche à se rapprocher de la réalité. Le jeu ne se dompte pas en quelques minutes, ni même en quelques heures et il vous faudra une sacrée patience pour piloter la majorité des 180 voitures présentes sur la galette. Un chiffre cohérent, idéal pour éviter les doublons et retranscrire les spécificités de chaque modèle. Les aides sont désactivées par défaut et on enrage de partir en tête à queue lors des premiers virages. Que l’on joue au pad – le gameplay est nettement amélioré comparé au premier opus – ou au volant où le plaisir est instantané, il faut revoir son code de pilotage virtuel. Passer par les réglages est donc capital… mais là encore tout passe par des détails. Tout (ou presque) est modifiable. De quoi ravir les apprentis mécaniciens.

Cette approche radicale démontre l’exigence des développeurs. Leur jeu s’adresse aux passionnés et aux amoureux de l’asphalte. Moins austère que par le passé, la carrière fonctionne par embranchement. On part des Formule Rookie ou du Kart… puis on monte les échelons dans les disciplines que l’on préfère. Une liberté appréciable même si l’aspect GT semble être plus poussé que les autres. Les évènements historiques ne sont pas oubliés, ni les challenges en ligne et avec des dizaines de tracés différents, pour 140 variantes il y a largement de quoi faire et augmenter sa fidélité envers des écuries comme Ferrari ou Lamborghini. D’un bout à l’autre des circuits on ressent le respect du gamer qui pourra paramétrer son expérience à loisir. Changer sa stratégie d’arrêt au stand, sa livrée, raccourcir ou rallonger la durée d’un championnat, paramétrer le zoom des différentes vues de son bolide… Ou participer à du online en fonction de son style et de sa force. Idéal pour progresser en douceur.

D’un point de vue technique, le résultat est convaincant. Les graphismes sont corrects et la fluidité excellente. La glace et le rallycross sont d’autres ajouts appréciables mais le must du must est l’arrivée de la météo dynamique qui influe vraiment sur la course. La pluie pourra par exemple tomber uniquement sur certaines portions du circuit, avant de redoubler et de vous masquer toute visibilité. Le résultat est concluant et a un impact sur vos concurrents. Une I.A qui au passage, ne vous fera aucun cadeau, considérant là encore que vous maitrisiez les codes de ce « Project Cars 2 » bigrement efficace pour qui s’en donne la peine. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire