REVOLVE8

05/02/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

L’offre étant conséquente et la qualité variable, difficile de s’y retrouver dans les jeux mobiles sur Smartphones. Et encore plus lorsqu’ils sont Free to play… ce modèle économique qui suite à un démarrage gratuit invite les joueurs aux microtransactions pour avancer plus vite dans leur partie… Une démarche que certains esprits capitalistes ont même transformé en Pay to win avec des niveaux quasi-impossibles à finir sans passer à la caisse… Dans cet univers impitoyable, la dernière proposition de Sega, « Revolve8 » marque les esprits par l’originalité de son concept et son côté addictif.

A la baguette on retrouve Masayoshi Kukuchi et Koji Igarashi. Pas des petits nouveaux. Le premier a bossé sur des titres comme « Panzer Dragoon », « Yakuza » ou « Jet Set Radio » et le second sur plusieurs volets de « Castlevania ». Un savoir faire indéniable qui promettait un produit de qualité. Pas de surprise, c’est le cas et la réalisation de ce jeu stratégique force le respect. Les personnages sont charismatiques, le design est soigné et le look héroïc fantasy s’inscrit dans la lignée de RPG comme « Final Fantasy ». En plus des héros créés pour l’occasion on retrouve certaines têtes connues comme Aladdin ou Le petit chaperon rouge. Un brassage d’univers qui pourrait partir dans tous les sens mais maitrisé grâce à une direction artistique cohérente.

Aussitôt lancé, le concept de « Revolve 8 » fait mouche. On apprécie les tutoriels qui nous permettent de saisir en douceur la profondeur du gameplay. Deux équipes s’affrontent, avec pour seul et unique but de protéger ses trois tours en faisant tomber celles de leurs adversaires. Un mélange de tower-défense et de stratégie en temps réel aussi simple qu’efficace. Après avoir bâti son Deck de héros, on les fait passer à l’action en les déposant sur sa moitié de terrain. Chacun avance alors en autonome vers la base adversaire en faisant face aux troupes d’un ennemi… qui tente aussi de vous attaquer. Tous les protagonistes ayant ses propres caractéristiques (un tank sert à protéger, des petits diables sont plus efficaces contre un adversaire isolé, d’autres volent et peuvent atteindre les cibles au sol…), calculer son coup est indispensable…. Et comme toute action consomme des points d’essence, une denrée qui se recharge à vitesse modérée.

Avec ses longues campagnes et son univers dense, le joueur solo a de quoi faire… Toutefois, l’accent est mis sur le online. Les premières heures passées en compagnie du titre nous ont permis de constater un équilibrage solide entre les forces en présence. Pour l’instant nous n’avons pas été bloqué dans la progression, ni contraint de passer à la caisse pour avancer. A vérifier toutefois sur le long terme… mais pour l’heure on conseillera aux amateurs de joutes d’essayer « Revolve8 »… avant sans doute de l’adopter. (Jeu testé sur Samsung Galaxy Note 9)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire