SAMURAI SHODOWN

07/07/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Pour notre plus grand plaisir les jeux de baston des années 90 reviennent les uns après les autres dans des versions boostées, suites parfaitement adaptées à la puissance des bécanes actuelles. Ainsi après « Street fighter », « King of Fighters », « Mortal Kombat », « Tekken », « Dead or alive » ou encore « Soul Calibur », c’est au tour d’un autre mastodonte, « Samurai Shodown » de faire son entrée sur Ps4. Et de nous rappeler aux grandes heures de SNK, lorsque sa Neo Geo régnait en maître.

En apparence beaucoup de jeux de versus fighting se ressemblent. L’esthétique de ce nouveau bébé ne cherche pas à se différencier de la concurrence et rappelle par son côté dessin / crayonné « Street Fighter V ». On y retrouve aussi des personnages massifs (Earthquake doit battre des records) body buildés comme il se doit. Pour autant, le jeu possède sa propre personnalité avec des décors inspirés du Japon d’antan, qui font souvent la part belle à la nature. Lieux idéaux pour se fritter à l’arme blanche.

Assurément, cette direction artistique constitue l’un des points forts. Mais la proposition brille avant tout par son Gameplay. Contrairement aux autres beat’em all, on ne tombe pas dans la surenchère de combos. Non, ici les affrontements sont aussi techniques que psychologiques. Il s’agit surtout de guetter l’erreur de l’adversaire pour porter son estocade. Quand on sait que certains coups spéciaux enlèvent les deux tiers d’une barre de vie, mieux vaut donc rester sur ses gardes. Une approche cohérente donc de l’esprit Samouraï.

Pad en main on note donc trois possibilités d’attaques (faible, moyenne ou forte, la rapidité d’exécution étant logiquement décroissante), un petit coup de pied et pas mal de « quart de cercles » pour sortir des pouvoirs. Le secret de la victoire consiste aussi dans l’utilisation de la jauge de rage qui se remplit au fur et à mesure des coups reçus. Une fois à son summum, son déclenchement dope vos capacités. De quoi augmenter le nombre de retournements de situations. La possibilité de désarmer son adversaire est aussi présente, mais attention pour y arriver le timing de contre est très précis. Passer par la case entraînement est donc nécessaire.

Accessible aux débutants grâce à sa simplicité d’approche, ce « Samurai Shodown », édition 2019, assure par contre le minimum côté contenu. On note au lancement (hors DLC, Season pass…) 16 warriors différents par leurs capacités. Certains ayant par exemple une portée de sabre plus longue… Rayon modes de jeu, on note la présence d’une histoire… qui se résume en réalité à une simple partie arcade, avec un boss final et sans sauvegarde. Le Dojo s’apparente pour sa part à un survival avec au choix 10, 50 ou 100 guerriers à battre d’affilée, sans périr. La particularité étant que ces derniers sont des « fantômes » de vrais joueurs. Idée originale mais pas toujours concluante, avec une IA parfois étrange… Les matchs en ligne sont tendus mais on peine à trouver immédiatement d’autres gamers. Espérons donc que le net code soit amélioré et que la communauté suive, car une fois les bases assimilées ce revival est vraiment fun ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire