SEGA AGES : SHINOBI

03/02/20 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , ,

« Sega… c’est plus fort que toi ». Les plus anciens se souviennent sans doute du fameux slogan cher à la boite à Sonic, qui dans les années 90, enchaînait les hits sur Megadrive comme en Arcade. A intervalles réguliers, certaines de ces pépites sont portées sur Switch sous l’appellation « Sega Ages ». Particularité de cette collection ? Proposer aussi bien le jeu d’origine qu’une variante agrémentée d’une version remaniée, globalement plus accessible que son modèle original, plutôt ardu. Dans ce cadre et après la parution de titres comme « Alex Kidd » ou « Virtua Racing », voici que déboule le shooter « Fantasy Zone »… et le cultissime « Shinobi », sorti 1987.

Si les graphismes accusent leur âge, force est de constater que la première aventure du Ninja est toujours aussi agréable à parcourir. Pas de déplacement en profondeur comme dans « Double dragon , mais la touche saut permet de quitter la terre ferme  pour aller combattre à l’étage supérieur où les ennemis vous compliquent également la tâche. Il faut donc constamment jouer sur ces deux plans pour s’en sortir vivant et libérer des orphelins pris en otage. Heureusement, le héros dispose de shuriken et d’une épée affutée. Bidonvilles, bases secrètes, port, manoir… sont autant de décors variés pour un beat’em up qui a posé nombre de bases du genre.

Principal atout du mode alternatif Ages : Joe Musashi dispose désormais d’un costume blanc plus résistant. L’arrivée d’un bouton pour frapper au corps à corps et de la fameuse option rewind permettant de revenir en arrière en cas d’erreur sont aussi des apports bienvenus. La sauvegarde à la volée est à l’ordre du jour, tout comme le réglage de la force des mécréants… Quant aux habitués, ils se tourneront vers le « Time Attack » en essayant de se déplacer plus vite que leur ombre ! De quoi (re)découvrir ce standard dans des conditions optimales. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire