SEGA, C’EST TOUJOURS PLUS FORT QUE TOI !

30/07/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

SONIC MANIA PLUS

Sorti l’été dernier (lire notre test ici) « Sonic Mania » signait le grand retour du hérisson… Non pas que la mascotte de Sega fut absente longtemps des écrans, mais la qualité de ses sorties, contrairement à cet opus, laissait souvent à désirer. Accompagné de ces fidèles alliés Tails et Knuckles, le bolide bleu renouait, grâce à des fans avec la pure plateforme 2D, agrémentée de micro phases de puzzles. Les nombreuses zones secrètes et autres bonus faisaient le reste. Cette version définitive, également disponible via un DLC « Bis » vendu 5 euros aux possesseurs du titre original, améliore et enrichit grandement la formule. On note par exemple une présentation plus soignée dans la narration et un rééquilibrage de certains passages, ainsi que des boss. C’est donc immédiatement plus plaisant à jouer. Les ajouts sont loin d’être anecdotiques. A commencer par deux nouveaux personnages jouables : Mighty et son puissant roulé boulé vertical et le plantant Ray, dont les capacités sont mises à l’honneur dans une aventure légèrement remaniée. Des compétitions à quatre et une petite nouvelle ère de jeu : Angel Island complètent le tout dans un titre qui arrive à allier modernisme et rétro-attitude avec brio. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

AGGELOS

« Wonderboy » a indéniablement marqué les esprits de tous les possesseurs de Master System. Pionnier du jeu d’aventures, avec sa vue 2D de profil, ses monstres mignons… et sa difficulté redoutable, les aventures chevaleresques du blondinet en culotte-courte appliquaient la recette du Metroidvania. Toujours efficaces, elles sont régulièrement remakées ou rebootés sur nos consoles. Nullement affiliés à Sega, les studios Storybird et Wonderboy Bobi proposent via « Aggelos » une expérience originale, grandement inspirée par le maître. Des pixels, des donjons, un personnage attachant, des villages où l’on trouve potions, boucliers et épées… et c’est parti ! On retrouve cette structure qui nous oblige à aller affronter différents boss aux quatre coins du monde, avec à chaque fois une capacité à débloquer… laquelle est indispensable pour visiter certains endroits cachés dans des lieux déjà visités. Après un début assez facile, qui permet de prendre en main notre héros, le défi monte d’un cran et se complexifie encore vers la fin du voyage. Heureusement, comme dans les RPG, on gagne en expérience et en puissance au fil du temps. Indispensable pour les joueurs « skillés » et les nostalgiques donc. (Jeu testé sur PC)

YAKUZA 0

En revenant sur la genèse du périple de Kazuma Kiryu et de Goro Majima, Sega avait vu juste. La trame narrative, le système de combats, les mini-jeux (lire notre test ici) faisait déjà de « Yakuza Zero » début 2017, un ténor des jeux d’action. L’annonce du portage PC lors de l’E3 a fait grand bruit : la série ne s’était en effet encore jamais invitée sur nos ordis, le prix (20 euros) est assez bas pour un tel AAA et les précédentes adaptations de la boite à Sonic, « Bayonetta » et « Vanquish », ont instauré un certain label qualité. Inutile donc de faire durer le suspense, cette version est la meilleure et relègue l’original PS4 un étage en dessous. Pour peu qu’on soit armé d’une bonne bécane, le jeu tourne en 4K/60FPS. Une véritable claque tant la restitution du Tokyo des années 1980 est somptueuse. Notamment de nuit avec ces lumières de néons qui immergent d’emblée dans l’époque. Pas de baisse de régime, une jouabilité toujours aux petits oignons aux pad et donc un souci constant du détail font la différence. On constate aussi que plus d’un an après sa sortie, le titre est toujours aussi jouissif, avec un rythme entre les combats parfaitement dosé. De quoi déguster en attendant la suite « Kiwami » … Même si en guise de bémol l’absence de sous-titre en français privera encore certains joueurs de profiter pleinement du scénario, complexe. A défaut d’un hypothétique patch, on espère que des fans combleront ce manque via un mod. Ce ne serait que justice. (Jeu testé sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire