SUR UN PLATEAU…

05/11/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

TICKET TO RIDE : MON PREMIER VOYAGE

« Ticket to ride » est un jeu de plateau bigrement accrocheur. Décliné en plusieurs versions, il exige des joueurs de relier différentes villes à l’aide de wagons de couleurs piochés au hasard. Coups bas, passages bloqués, prise de risque, gagner une victoire dépend à la fois (un peu) de la chance et (beaucoup) de la stratégie adoptée. L’arrivée de cette version spécialement dédiée aux enfants est une bonne chose et permet de les initier au concept. D’une part les règles sont simplifiées : on ne gagne plus en fonction des points, mais simplement selon le nombre de destinations réussies et d’autre part le petit côté éducatif fait la différence. Sur les deux cartes fournies dans cette version numérique : Europe et Etats Unis, chaque lieu, représenté par un symbole est facilement reconnaissable par les plus petits. On citera par exemple le Colisée pour Rome ou une caméra pour Los Angeles. Le rythme des parties, ni trop courtes, ni trop rapides est tout bonnement parfait. Hautement recommandable, surtout au prix affiché de 5 euros. (Jeu testé sur PC)

MONOPOLY SWITCH EDITION

On ne présente plus le célèbre « Monopoly ». Non content de traverser les âges, le banquier chapeauté moustachu soutenu numériquement par Ubisoft squatte depuis plusieurs années consoles et PC pour transformer encore plus de familles en entrepreneurs immobiliers. Voir arriver une version Switch coule de source puisqu’elle permet non seulement de jouer devant sa télé mais aussi dans les transports en format portable. Le portage propose aussi bien le mode classique que des terrains de jeux plus novateurs comme un parc d’attraction ou une maison hantée. Petites animations 3D, musique d’ascenseur agrémentée des commentaires d’un speakers et secousses du joy-con pour lancés les dés sont de rigueur. Comme dans la version salon, le rythme reste assez lent et pour peu que vous ayez choisi que l’IA participe et avance doucement ses pions, le bâillement n’est pas très loin. Conscient de ce problème, les développeurs vous permettent de changer les règles et de choisir un objectif pour atteindre la victoire. Etre le premier à construire une maison, atteindre un certain compte en banque ou obtenir un groupe de rues de la même couleur…. De quoi renouveler à minima le concept qui séduira les fans, même si le prix d’accès, une quarantaine d’euros au lancement, demeure élevé pour le contenu proposé. (Jeu testé sur Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire