TENTER L’EXPERIENCE

12/11/17 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

AER : MEMORIES OF OLD

Le jeu vidéo indépendant ose souvent sortir des sentiers battus. Et « AER » des suédois de Forgotten Keys, vole même au-dessus d’eux. A l’opposé des textures lisses, cet ovni assume ses polygones et ses couleurs volontairement naïves pour vous dépayser en compagnie d’une héroïne qui flote d’île en île et parcourt des donjons, lieux d’énigmes faciles et de phases de plateformes. Comme point fort, on saluera le sentiment de liberté. Un véritable souffle d’air frais s’empare de nous au sortir de la grotte qui sert d’introduction. Un peu livré à nous même pour la suite des évènements, « AER » peine à tenir ses belles promesses sur la durée. Le jeu n’est en effet pas bien long (quatre heures tout au plus pour le boucler) mais il est aussi assez monotone, comme s’il ne souhaitait pas déployer l’inventivité qui sommeille pourtant en lui. Vendue en téléchargement à prix correct, une quinzaine d’euros, l’expérience se vit donc plutôt comme une grosse démo, en attendant pourquoi pas une suite où seraient gommés les défauts de jeunesse tout en ajoutant un soupçon de challenge et de variété. (Jeu testé sur PS4 Pro)

LIFE IS STRANGE BEFORE THE STORM : EPISODE 2

Jeu narratif parmi les plus marquants de ces dernières années « Life is strange » a logiquement eu droit à un second opus, toujours en format épisodique. Début septembre, nous disions déjà le plus grand bien du volume 1 de ce Spin off articulé autour de l’adolescente tagueuse Chloé en nous questionnant sur l’incidence de certains choix opérés. Désormais disponible, la suite nous réconforte à ce sujet. On ne spoilera pas les évènements, mais le titre de Square Enix saura vous surprendre à plusieurs reprises et vous mettra face à de nouveaux dilemmes. Toujours avec des graphismes assez BD, Before the storm évite le creux de mi-saison tout en arrivant également à affirmer les bonnes idées mises en place, comme cette possibilité de contredire ses interlocuteurs lors d’une joute verbale. L’âge ingrat y est traité avec une écriture sérieuse et servie sur un rythme qui alterne habilement remises en question personnelles et rapports aux autres, sa famille ou son amie Rachel Amber. Le tact et l’importance des enjeux dramatiques faisant le reste, jusqu’au twist final, qui nous oblige à attendre la conclusion. Vivement. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire