THE SINKING CITY

01/07/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , , ,

« Call of Cthulhu » publié l’année dernière par Focus Home, un « Lighthouse » virtuose porté par Willem Dafoe et Robert Pattinson présenté à la Quinzaine des réalisateurs Cannoise et dorénavant « The Sinking City ». La pensée Lovecraftienne n’a de cesse de hanter les créateurs. Développé par Frogwares, boîte à l’origine des adaptations vidéoludiques de Sherlock Holmes, le titre vous plonge donc dans un univers étrange, fantastique et cauchemardesque. Prêts pour le grand départ ?

Si l’on retrouve ce mélange fait d’une solide dose d’exploration et d’un chouia d’action, cher au résident de Baker Street, la comparaison s’arrête là. En effet, on est cette fois plongé dans un open world de taille moyenne. Dans Oakmont ville portuaire imaginaire du Massachusetts, l’atmosphère est poisseuse. Dans les années 1920, notre héros, Charles Reed, un ancien militaire devenu détective privé, se retrouve rapidement face aux locaux, aux gueules plutôt patibulaires. Il apprend – et nous aussi par la même occasion – que pour démêler le mystère il va falloir se débrouiller seul, tout seul.

Pas de chemin tout tracé avec de multiples indications sur une mini-map… Non… Dans « The Sinking city », il faut écouter et récolter des indices, les confronter puis mener à bien différentes reconstitutions de meurtres. Le Gameplay est donc varié et pour peu qu’on adhère à ce climat volontairement malsain, on plonge tout entier dans cette aventure, intégralement traduite (et doublée) en Français. De son côté, la direction artistique colle parfaitement à l’esprit Lovecraft… mais le rendu, AA oblige, est largement perfectible, aussi bien dans les graphismes que dans l’animation. Le jeu est aussi assez rigide. Cela se ressent encore plus lors des combats face aux dangereuses créatures. La précision est donc assez aléatoire, ce qui peut être frustrant.

Entre visions et hystérie collective, le trip prend aux tripes et ne lâche pas le gamer. La difficulté un peu plus élevée que la moyenne apporte un minima de challenge. On note aussi la présence d’un arbre de compétences pour améliorer son sens de la déduction, ses talents d’enquêteur ou le maniement de ses armes. Complet et accrocheur, la proposition séduira sans mal les adeptes de jeux horrifiques psychologiques. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire