TOE JAM & EARL : BACK IN THE GROOVE

11/03/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , ,

La mode est au rétro… et certains développeurs n’hésitent pas à réappliquer à la lettre la formule fonctionnelle à l’époque 16 bits. Ainsi voilà deux ans, Dino Dini sortait un « Kick off : revival » résolument old school, jeu de football à une seule touche où le ballon ne colle pas au pied. Sans surprise, le résultat, à l’écart des modes actuelles, a divisé. Cet esprit radical est aujourd’hui à l’honneur de « Toe Jam & Earl : Back in the groove », lequel remet au gout du jour le duo qui officiait sur Megadrive au début des années 1990.

Aux commandes, Greg Johnson, le créateur de la saga, s’est attaché à conserver l’esprit. A savoir un humour débridé et des graphismes en 2D colorés et minimalistes. Sans oublier une vue en 3D isométrique qui se prête plutôt bien aux péripéties des deux énergumènes et de leurs amis. Leur but est de récupérer les différentes pièces de leur vaisseau spatial ; égarées sur quelques vingt cinq étages, à gravir seul, ou accompagné. Petit hic, si chaque personnage dispose de ses propres capacités (l’un est plus rapide, l’autre peut avaler de la nourriture avariée sans perdre de vie), tous doivent en chemin récolter des cadeaux pour se débarrasser des ennemis. Problème de taille, le contenu des paquets est une surprise, bonne… ou mauvaise. A croire que le schtroumpf farceur est passé par là…

Rythmée par une musique groovy qui pourra agacer sur le long terme par son caractère répétitif, cette aventure vous met aux prises de marginaux comme un fan qui n’a de cesse de vous courir après ou un gars qui cherche à vous faire signer sa pétition. Sympatoche… Mais pas inoubliable, car si « Toe Jam & Earl » ont été des pionniers du rogue like, les mécanismes ont depuis évolué alors que ces derniers, cloitrés dans le passé, amusent un temps avant de laisser apparaître un manque de profondeur. Le plaisir de la (re)découverte dissipé, les limites du gameplay apparaissent, sans oublier qu’il faut composer avec interface peu ergonomique. Pour les fans avant tout, donc. (Jeu testé sur PS4 Pro et Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire