TOKI

26/11/18 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Un singe. Des plateformes. De l’action. Une difficulté de tous les instants… Et un come-back. Non, il ne s’agit pas de « Donkey Kong » mais de « Toki ». Transformé en gorille cracheur de balles ou de feu, le héros du jour va devoir lever la malédiction et sauver sa belle kidnappée par un vil sorcier… Un pitch simple mais efficace, qui va à l’essentiel.

C’est en 1989 que le jeu voit le jour. Dans la foulée il est porté sur les différentes plateformes en vogue avec succès. La prise en main est immédiate. On prend plaisir à traverser les grottes, fonds marins ou cimes enneigées en compagnie de ce personnage aussi atypique que flegmatique. La lenteur de ses déplacements n’a d’égal que le côté vicieux des ennemis rencontrés dans les différents niveaux. Et si en soi le périple n’est pas très long mais le côté Die & retry oblige à apprendre par cœur le placement de chaque piège et le pattern des boss. Oui car un seul impact – voire deux si on récupère un casque de Foot US – renvoie au précédent checkpoint et une fois le stock de vie épuisé, hop, retour au début du level !

Ce remake s’inscrit dans cette approche old school. Normal puisque le level design est identique ! Pour les néophytes, les développeurs ont ajouté un mode facile un poil plus accessible… N’espérez cependant pas sauvegarder votre progression. C’est tout bonnement impossible ! Heureusement la mise en veille de la Switch permet de remédier en partie à ce problème… mais l’ensemble reste trop rigide. Les puristes déploreront cependant de ne pas trouver une option pour remettre les réglages d’origines comme par exemple dans la refonte de « Wonder Boy : The Dragon’s trap ». Inutile aussi de chercher des bonus comme des galeries d’images ou une fonction rewind… Sur ce point Toki méritait mieux.

Des manques qui ne doivent pas faire oublier le travail effectué sur les graphismes, entièrement redessinés pour briller en HD. Idem en ce qui concerne les musiques dont l’orchestration est réussie. Culte pour toute une génération, ce hit rétro revient de loin puisqu’il s’est fait attendre 9 ans ! La première annonce le concernant datant en effet de 2009. Efficace, accrocheur, exigeant, il procure pad en main de bonnes sensations. Reste que le ticket d’entrée 35 euros en démat’ fera réfléchir les fans à deux fois. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire