“TOUR DE FRANCE 2016” : l’échappée belle

24/06/16 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , ,

tour_de_france_2016_04 logo

Tel le foot avec « FIFA » ou le basket avec « NBA 2K », le cyclisme a trouvé sa petite perle vidéoludique, de sortie chaque année à l’approche de la grande boucle… Pourtant, le pari était loin d’être gagné et il y a quelques années encore, le simple fait de voir débouler un jeu de vélo sur consoles prêtait à sourire. C’était sans compter sur le talent des développeurs de Cyanide, qui, déjà auteur du plébiscité « Pro Cycling manager » sur PC, a su, par étapes s’appuyer sur une base et l’améliorer au fil des ans.

Ce cru sonne comme une petite victoire. La réussite vient d’un savant mélange entre gestion et course. En vous mettant à la fois dans la peau d’un directeur sportif et de l’ensemble des coureurs d’une écurie, « Tour de France 2016 » rappelle à quel point le cyclisme est un sport collectif. Consignes à donner, fatigue à gérer et possibilité de passer rapidement de l’un à l’autre de ses protégés. Très vite, on établit des stratégies et agit en fonction des forces et faiblesses de chacun. Le peloton se comporte de manière cohérente et il y a peu de surprises à l’arrivée. Contador, Froome (ou son sosie, question de droit à l’image) et Nibali squattent inexorablement le haut du classement.

Question modes de jeu, Cyanide fait fort. On peut personnaliser son parcours en piochant dans les différentes étapes, jauger sa vitesse lors d’une dizaine de prestigieuses descentes, participer aux deux derniers tours de France seul ou à deux, en écran splitté. Le must reste de se lancer en Pro Team, qui demande à gérer un groupe sur plusieurs saisons. Gérer son budget, ses recrues, convaincre les sponsors ….

Le rythme des courses est forcément plus rapide que dans la réalité (attention, certaines étapes demandent plus d’une heure) et une option « avance rapide » permet d’éviter l’ennui des moments creux sur les plaines de l’hexagone. En cas de rebondissement, comme une échappée adverse, le jeu se met en pause et vous demande quelle attitude adopter. Plutôt agréable à l’œil et respectueux envers les tracés originaux. Certains rendus, comme ce public qui a tendance à glisser et à scander les noms des mauvais coureurs devront être mis à niveau à l’avenir. Mais d’ici 2017, les amoureux de la bicyclette auront fort à faire et s’amuseront avec cet excellent épisode, longtemps après la véritable arrivée sur les Champs Elysées.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire