TOUR DE FRANCE 2017

17/06/17 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

Chaque été, au mois de juillet, La Grande boucle enflamme les pistes de l’hexagone. C’est donc en toute logique en cette période que Focus Home Interactive livre le nouvel opus de son « Tour de France ». Déjà arrivé à un bon niveau depuis quelques années, cette version « arcade » de « Pro Cycling Manager » n’en est pas dénué d’intérêt. On y retrouve quelques réglages stratégiques et un nombre satisfaisant de courses pour que le jeu tourne sur les PS4 pendant plus d’un été. Quant à l’évolution de la licence, sans être révolutionnaire, elle est suffisamment notable pour que le cycliste virtuel s’y intéresse.

En plus du tracé officiel 2017, avec des étapes réduites pour ne pas oublier l’aspect ludique, on peut aussi pédaler sur celui de l’année dernière, ainsi que sur le Criterium du Dauphiné. Une dizaine de « défis », descentes à effectuer en temps record dopent la durée de vie. Le mode Pro tour, vous permet de gérer une équipe sur plusieurs saisons fait aussi son retour et occupera des dizaines d’heures. Un bon point. Sur les routes de France, c’est assez joli et on apprécie la prise en compte des spécificités du tracé sur les coureurs. N’espérez donc pas battre un grimpeur avec un sprinteur dans la grimpette d’un col hors catégorie. La gestion de l’effort et des ravitaillements, items permettant de faire remonter les jauges de force et d’attaque est primordiale. Doser ses efforts est nettement plus réaliste que par le passé… tout comme la réaction des concurrents, plus vigilants à l’échappée de l’un de vos protégés s’il est dangereux au classement général.

Faire preuve d’un minimum de stratégie et jouer si possible en coopération – diablement plus fun – sont les clés du succès. En solo, en plus de switcher entre tous les membres de son écurie, d’accélérer le temps ou passer directement aux moments cruciaux de l’étape, le rouleur se transforme en directeur sportif pour donner les bonnes consignes au bon moment… à un de vos sportifs ou à toute l’équipe en même temps. Utile pour rattraper un Christopher Froome par exemple. Enfin son avatar virtuel au surnom proche, vu que toutes les licences ne sont pas présentes. Heureusement, un petit tour dans les options permet de rétablir ce manque. Reste à noter la présence des routes étroites, preuve du détail accordé par les développeurs à leur bébé. Les bruitages de foules sont par contre à améliorer, histoire de renforcer encore plus l’immersion. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire